15/06/2008

mai 2008 - Rapport de mission en Europe

 RAPPORT DE MISSION EFFECTUEE PAR  MESSIEURS Edho MUKENDI ET Roger KATEMBWE EN EUROPE,  DU 19 AVRIL AU 10 MAI 2008  INTRODUCTION 

Dans le cadre  du projet « Droits, protection et aide à la jeunesse en RDCongo », financé par la région wallonne de Belgique, une mission de travail du Comité d’Appui au travail Social de Rue , CATSR en sigle , a séjourné  en Europe du 19 avril au 10 mai 2008. Composée de Messieurs Edho Mukendi Kafunda (Coordonnateur du CATSR) et de Roger Katembwe (Responsable de la commission cadre légal de protection des  enfants et des jeunes au sein du CATSR), cette mission s’est rendue  respectivement en Belgique, en Norvège et en France.

Des contacts, de la participation au séminaire international sur la méthodologie du travail social de rue, des échanges entre différents acteurs tant sociaux  que politiques intéressés  par la question de l’enfance, ont été réalisés selon le programme que voici :

 

Du samedi 19  au samedi 26 avril 2008 : Séminaire international à Oslo

Du dimanche 27 au mercredi 30 avril 2008 : Contacts et séances de travail en Belgique

Du Jeudi 1er au dimanche 04 mai 2008 : Visite des  associations en France

Du lundi 05 au  samedi 10 mai : Poursuite des contacts en Belgique et fin de séjour

 Ière  étape : Du samedi 19 avril au samedi 26 avril 2008 

Le samedi 19 avril 2008 à 7h25 : arrivée à l’Aéroport de Zaventem, la délégation a été accueillie par Micky Ducamp de l’asbl Oser la vie et installation à Wavre.

Une occasion pour la délégation de faire le transit avant de s’envoler pour la Norvège.

 

Le lundi, 21 avril à 14hoo, départ pour Oslo et installation de toutes les délégations étrangères au pensionnat hôtel.

 

Mardi 22 avril 2008 à 9hoo, différentes délégations de pays  membres de  Dynamo International  se sont retrouvés dans la salle des réunions de l’hôtel Radisson sas d’Oslo pour faire le point et arrêter le programme du séminaire et du groupe pilote de ce réseau.

D’entre de jeu, Monsieur Edwin de Boevé, Directeur  de Dynamo International,  a souhaité la bienvenue à toutes les délégations et a  circonscrit le but du séminaire qui revêt un double objet à savoir : la tenue du groupe pilote de Dynamo International et la tenue de la conférence européenne sur le travail social de rue.

 

Dans le 1er  cas, il s’agissait de planifier les activités du réseau et discuter autour de la 1ère  mouture du guide méthodologique sur le travail social de rue qui devrait être publié au courant de l’année  2008.

Parmi les délégués du groupe pilote de Dynamo International, on pouvait retrouver Moussa Sow du Sénégal, Athanase Rwamo et venant du Burundi, Edho Mukendi et Roger Katembwe de la République Démocratique du Congo, Annie Fontaine et Serge Morin du Canada, Helder Luis Santos du Portugal, Jan Etxberria de l’Espagne, Edwin de Boevé, Philippon Toussaint et Stephane de Belgique, Per Arne de la Norvège, Hélène  Coiffet et Bernard Heckel de la France, Hans-E. Steimie de l’Allemagne etc.

La question d’adhésion au réseau du Burundi, de la Grèce, de l’Egypte était à l’ordre du jour ;  la résolution du conflit qui secoue le réseau au Tchad ainsi que l’agenda des prochaines rencontres du réseau était également abordé.

Dans le 2ème  cas, il était question de développer les stratégies relatives au travail social de rue en Europe. Les travaux de la conférence Européenne ont été ouverts solennellement par la Secrétaire d’Etat Norvégien de la Santé et de la Jeunesse à 14 heures. Ces travaux ont réunis   près de 350 participants venus de différents pays de l’Europe, de l’Amérique, de l’Asie, l’Océanie et de l’Afrique.

Plusieurs communications thématiques ainsi que des expériences de terrain en rapport avec le travail social de rue avaient été présentées parmi lesquelles :

  • L’exclusion sociale dans l’Europe  moderne : l’importance du travail social par Joakim Palme de l’Institut de Stockholm,
  • L’art et la pratique du travail social de rue par Erick Henningsen du Centre des compétences de Norvège etc.
 

Les travaux en ateliers avaient suivi et tous les participants à la conférence européenne avaient formulé le voeu d’améliorer les conditions du travail social tant en Europe qu’à travers la planète, car la finalité étant de contribuer au bien-être des jeunes en situation difficile.

 

Jeudi 24 avril 2006 : A la clôture de la conférence européenne sur le travail social de rue, les travaux du groupe pilote de Dynamo International ont continué dans l’après midi par les exposés de :

 -         Annie Fontaine du Canada sur « la méthologie, aspect du travail social de rue »,

-        Helder Luis Santos du Portugal sur « les outils et techniques d’animation »

-        Ann. Van Hellemont de Belgique  sur « Les projets de l’école mobile »

-        Edho Mukendi complété par Roger Katembwe sur « Le travail social de rue en RD Congo et la maltraitance infantile »

-        Les expériences pratiques sur « le travail social au Burundi, en France  et en République Tchèque » par  respectivement Athanase Rwamo, Bernard Heckel et  Jindrich Racek.

 

Vendredi 25 avril 2006 : Poursuite des échanges  sur le guide méthodologique  au centre des compétences d’Oslo. A cette occasion, différents participants ont reçu la copie du draft du guide qui devrait être publié au courant de l’année 2008.

Une petite équipe est mise en place pour le toilettage afin de présenter la mouture finale à la prochaine rencontre de Portugal (en Novembre 2008).

Revenons avant de conclure à l’agenda du réseau du groupe pilote de Dynamo International :

 
  1. Rencontre internationale au Portugal : du 17 au 22 Novembre 2008    
  2. Rencontre internationale de Marseille en France : Février 2009
  3. Rencontre internationale Québec au Canada : Juin 2009
  4. Rencontre internationale et anniversaire de Dynamo International en Novembre 2009 en Belgique
 

Vu les difficultés auxquelles les collègues du sud sont souvent  confrontées pour l’obtention des visas en vue de leur  déplacement, les membres du groupe pilote ont  demandé à chaque pays organisateur d’une rencontre dans le cadre du réseau, d’adresser à temps des  invitations et le programme.

Les discussions sur le guide méthodologique ont continué le samedi 26 avril 2008  avant -midi pendant que déjà les délégations de Belgique et de la République Démocratique du Congo rentraient sur Bruxelles.

IIème  étape : Du dimanche 27  au mercredi 30 avril 2008 De retour à Bruxelles,  la délégation du CATSR a commencé une série des rencontres 

Dimanche 27 avril 2008  ,10hoo-13hoo 

 

Séance de travail avec l’association sans but lucratif  «  Oser la vie »  au cours de laquelle des perspectives de partenariat avec le CATSR avaient été soulevées sur l’aspect éducation des enfants en situation difficile.

Une occasion pour les membres de cette organisation de faire le point sur la mobilisation faite en Europe quant à la question de l’enfant Aristote ainsi qu’une pétition initiée à cet effet.  Etaient présents à cette séance de travail :  Mesdames Mithé OSUMBU (Présidente) et Cécile LEDERER (chargée du parrainage) , Messieurs Xavier Favresse (Trésorier), Marc VAN DOREN (Vice Président), Christine (une marraine d’un enfant encadré par Oser la vie à Kinshasa), Edho Mukendi et Roger Katembwe.

 

Lundi 28 avril 2008 : 11h30-14hoo 

 

Réception à la maison communale d’Ixelles : Le service de la commune d’Ixelles chargé de jumelage avec la commune de Kalamu, à Kinshasa,  a voulu échanger avec les délégués du CATSR dans le souci de voir comment impliquer la société civile dans l’action amorcée avec l’autorité municipale congolaise.

Ces interlocuteurs ont échangé sur  l’implication des acteurs de terrain dans l’activité de l’inauguration de la statue de  l’artiste congolais Freddy Tsimba à Kalamu, à l’entrée de l’avenue Victoire,  à la cité Kauka.

Une volonté de collaborer avec un cadre bien défini et valable a été ressentie afin de faire  participer activement la population dans la gestion participative de la cité. Et cela, à travers la sensibilisation de la population sur les différentes activités amorcées  dans le cadre du jumelage.

 

Mardi 29 avril 2008 :

 

Ø     10-14 heures : Journée de travail avec les organisations du réseau IDAY International

 

Ø     Un moment d’échanges entre les partenaires qui militent pour l’atteinte du 2ème objectif du Millénaire : éducation pour tous  à l’horizon 2015. Les échanges ont porté sur le plaidoyer à mener auprès des décideurs  pour que l’objectif soit atteint et la possibilité de poser des actions durables pour assurer l’accès à l’éducation dans notre pays. La partie Congolaise a invité ses interlocuteurs à appuyer les efforts des associations et le travail de synergie que celles-ci développent pour l’intérêt  supérieur de l’enfant  congolais.

 

Ø     14h30-15h30 : Séance de travail avec le Délégué Général aux droits des Enfants, Monsieur Bernard Devos

 

La  séance de travail a permis à notre délégation de comprendre le rôle joué par le Délégué Général des Droits de l’enfant en Belgique.

 

Bien que ce poste soit administratif, la personne  qui l’occupe a mission d’interpeller les décideurs sur les violations des Droits de l’enfant ; bref, c’est un véritable  ambassadeur des enfants qui  est à l’écoute de la société sur toute matière concernant l’enfant. Le Délégué Général a promis de rester attentif à nos actions et disponible à toute sollicitation de la RD Congo.

  

Ø     17hoo-18hoo : Séance de travail avec Oasis Ndjili 

Avec cette association partenaire, des échanges ont gravité autour de la  mission qu’un groupe des jeunes belges effectuait déjà au début du mois de mai à Kinshasa dans le cadre du projet d’échanges culturels entre jeunes belges et Congolais. Le CATSR étant impliqué dans le projet, avait tout intérêt à échanger sur le travail qui se fera sur terrain.

 Ø     18hoo-20hoo : séance de travail avec Espace P à la gare du Nord à Bruxelles 

La mission a échangé avec les travailleurs de rue qui s’occupent essentiellement  des professionnelles du sexe. Un échange fructueux qui nous a permis de comprendre que  ce métier est protégé par l’Etat. Les taxes sont payées par ces professionnels du sexe,    l’accompagnement (soins…)  est assuré par les associations qui les invitent à adopter un comportement responsable (Voir un médecin, utiliser les stérilets et autres préservatifs…)   

 Mercredi 30 avril 2008 :  

Ø     11hoo-13h30 : Réunion de travail avec l’organisations « Miel Maya » qui développe le projet  l’exploitation du miel au Congo

 

Ø     14hoo-15hoo : Assistance à la signature du protocole d’accord entre la RD Congo et la Wallonie au CGRI

  IIIème étape : Du Jeudi 1er  au dimanche 04 mai 2008 Visite de certaines associations en France 

Le séjour parisien a conduit la  délégation du CATSR respectivement à Lille, Paris et  Lens.

La rencontre avec certains Congolais de la Diaspora a permis à la délégation de persuader certains d’entre eux, à reprendre confiance  dans le travail en synergie avec les organisations locales. 

C’est dans ce cadre qu’à l’étape de Lens, l’Association « Amitié Franco Congolaise », a présenté sa volonté de collaborer avec le CATSR.

Après échanges et discussions, une volonté réelle de travailler en synergie dans le souci de privilégier l’intérêt de la jeunesse, enfant ou autre personne vulnérable au Congo. Une demande de cette même organisation au CATSR de favoriser le rapprochement entre les Associations évoluant dans l’une des communes défavorisées de Kinshasa avec la ville de Lens a été formulée.

   IVème étape : Du lundi 05 au samedi 10 mai Poursuite des contacts en Belgique et fin de séjour 

Du lundi 05 mai au mardi 06 mai au matin : Visite des quelques AMO de Liège.

Pendant les deux jours, la délégation a découvert le travail fait par les travailleurs de rue en milieu ouvert. Il faut noter une bonne répartition des tâches entre ces structures et le travail en synergie qui s’y  développe.

La délégation a eu donc à visiter tour à tour :

·        L’Amo Reliance de Visé,

·        L’Amo Latitude J à Herve,

·        Participation à l’une des  réunions de la coordination des Amo de la basse Meuse.

 

Le même mardi à 12h30, la délégation du CATSR, accompagnée de la Présidente de l’ONG « Oser la Vie »/ Belgique, a rencontré l’équipe d’Eurac.

EURAC  est un réseau de 45 associations européennes qui s’intéressent au plaidoyer sur les thèmes qui préoccupent la région de l’Afrique centrale.

Bien que les thèmes actuels exploités par Eurac ne cadrent  pas avec les aspirations du CATSR, les responsables  ont promis au CATSR de diffuser ses informations sur leur site web.

 A 17-18h30 : Séance de travail avec les jeunes de « Culture Espoir » 

Cette association est composée des jeunes congolais de la diaspora qui sont à la recherche de leur identité culturelle. Partis du pays au bas âge, ces jeunes estiment qu’ils ont des choses à échanger avec leurs concitoyens restés au pays. Ils pensent que les informations livrées par certains médias sur la vie en Europe font rêver les jeunes alors que les difficultés sont légion en Occident. Une délégation compte descendre en juillet et septembre pour les échanges, tenter de créer une synergie et organiser des activités d’éveil de conscience de la jeunesse congolaise  en Belgique et aussi en RDC. Les membres de cette association comptent faire participer aussi les leaders d’opinion comme les artistes musiciens dans cette entreprise.

 

De 17hoo-18hoo : Rencontre avec Fabienne Godfraind,  marraine de l’asbl Jeunesse Avenir : la séance de travail a tourné autour de l’activité du 29 février 2008 réalisée en Belgique, au cours de laquelle une collecte des fonds et d’ouvrages pour la relance de la bibliothèque de quartier de Jeunesse Avenir  à Mikondo, a eu lieu.

 

Jeudi 08 mai 2008 de 14hoo à 16hoo : réunion à la Direction Générale de l’aide à la jeunesse entre les partenaires congolais et wallons impliqués dans le projet soutenu par la commission mixte. Etaient présents à cette réunion : M. Dominique Cattry, Franck Mulichi, Jean Pierre Wattier, Françoise Djinnef (ULB), Soizic Gouriveau ( CIDE), Edwin de Boevé ( Dynamo International), Edho Mukendi ( CATSR) et Roger Katembwe (CATSR).

L’objet de cette réunion était de faire les premiers  échanges après l’acceptation du projet à la commission mixte et l’économie des points retenus par les officiels en concertation d’une part et la discussion sur le chronogramme des activités, d’autre part.

 

D’entrée de jeu, Edwin de Boevé  a informé l’assistance de la notification officielle reçue  par fax le jour même de la réunion par le CGRI.

Dans ce document, les acteurs concernés par le projet sont clairement indiqués. Il s’agit du côté Congolais : Ministère de la Coopération internationale, Ministère de la Justice, Ministère de la Jeunesse et des Sports, le Conseil National de l’Enfant et le Comité d’Appui au Travail social de rue. Et du côté Belge : le CGRI, le Ministère de l’Aide à la jeunesse  et  Dynamo International.

 

Le sous bassement de ce projet étant la vulgarisation  et la traduction en langues nationales de la RDCongo du  code de protection de l’Enfant, il est souhaitable que les officiels de deux pays ainsi que les acteurs de terrain du CATSR  se retrouvent autour d’une table afin d’avoir un même langage.

 

Les membres présents à la réunion ont demandé au Ministère  de l’Aide à la jeunesse de la Wallonie de réserver un courrier au Ministère congolais de la Jeunesse dans lequel  toutes les orientations en rapport avec le projet et les partenaires seront décrites.

 

En rapport avec le forum national des Jeunes que le CATSR a prévu dans  son planning au mois de novembre 2008, une volonté d’associer d’autres compétences étrangères était à l’ordre du jour.

 

Toujours le même jour, de 16hoo-17hoo : Une autre réunion avec M. Didier Dehou, Directeur du service d’adoption  internationale des enfants dans la wallonie. Une volonté de travailler avec les acteurs de terrain avait fait  l’objet d’échanges ; et dans les tout prochains jours, le draft du protocole d’accord devrait suivre entre les deux parties.

 

De 17hoo à 18hoo : Réunion d’évaluation pour le 1er trimestre du  projet en cours d’exécution, financé par la Région Wallonne a eu lieu  avec Dynamo International

 

Vendredi 09 mai 2008. Réception chez Edwin de Boevé avec plusieurs autres amis et personnalités à l’occasion de la visite de travail de la délégation du CATSR en Belgique

 

Samedi 10 mai 2008 : retour à Kinshasa et fin de la mission et accueil  par le Secrétaire du CATSR, Job Nkuna, l’éducateur de rue Sley Numbi et des membres de familles.

 CONCLUSION 

Nous remercions de tout  cœur toutes les personnes et institutions qui ont rendu possible et bénéfique notre séjour en Europe, notamment Mme Mithé Osumbu, Mr Marc Vandoren et Viviane et Micky Ducamp de «  Oser la vie »,  Edwin de Boevé de Dynamo International, de M. Otis Tambwe de l’Amitié Franco - Congolaise et de Gilbert Buamba Mbuyi. Remerciements  particuliers aux amis norvégiens pour  la soirée  chez Rockefeller.

 Fait à  Kinshasa, le 3 juin 2008         Pour la Délégation du CATSR  Roger Katembwe                                                                             Edho Mukendi Kafunda  Commission Cadre Légal /Asadho                                                  Coordonnateur National   ANNEXE  (Photos)     SwinnenTest2

                                                                                                                                                         


  A l’issue de la réunion de la commission mixte Wallonie/Bruxelles-RDC,Messieurs Philippe SUINEN, Commissaire général. de la Wallonie/Bruxelles et  MONDONGA,Secrétaire général de la Coopération Internationale(RDC) signent le Programme 2008-2010. 

 

RogerEdhoEtc2

Photo avec Mme le successeur du délégué de la Communauté française de la Belgique en RDC après la signature du Programme 2008-2010.

Edho

           

Intervention du CATSR par Edho Mukendi au Séminaire international à Oslo

           

  

21:09 Écrit par Le Catsr dans Rapports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Avril 2008 - Conférence d'Oslo

Communication faite à la Conférence européenne sur la méthodologie du travail social de rue, Oslo, avril 2008 :

MODELE CONGOLAIS DE L’ENCADREMENT DES ENFANTS EN RUPTURE FAMILIALE

Par  Edho MUKENDI KAFUNDA coordonnateur du Comité d’Appui au Travail Social de Rue en RDC (CATSR)
INTRODUCTION

De plus en plus, la question de l’enfance en rupture familiale s’internationalise
. Il y a, sous peu, elle concernait pratiquement les nations en développement préoccupées par une instabilité institutionnelle chronique, voire endémique. Mais aujourd’hui, même les pays développés du Nord connaissent le phénomène de l’enfance en rupture familiale. D’où, l’intérêt  croissant que le monde, via le système onusien et par le biais des mouvements associatifs nationaux ou internationaux, accorde à la méthodologie appropriée pour une meilleure réinsertion des enfants en rupture familiale. 

Engagée dans un conflit armé respectivement avec les pays voisins et les différents groupes rebelles endogènes, la RD Congo, notre pays, n’est pas en reste de quête des alchimies mentales les meilleures pour réinsérer les nombreux enfants en rupture familiale qui pullulent dans les grands centres urbains en particulier.
 
Dans la présente note sur le thème, le Comité d’Appui au Travail Social de Rue en RD Congo,  CATSR en sigle, tente de s’appesantir sur le modèle  congolais de l’encadrement et de protection des enfants dits de la rue. Pour ce faire, notre exposé va s’articuler autour de :
 I.                La Description du contexte de la rupture familiale de l’enfant ;
II.              L’Approche méthodologique en vogue pour une meilleure réinsertion des enfants en rupture familiale ;
III.            Les recommandations.

 I.                DESCRIPTION DU CONTEXTE DE LA RUPTURE FAMILIALE DE L’ENFANT AU CONGO 

Le phénomène des enfants de la rue communément appelés « Shegués », « Phaseurs » en RD Congo s’est accentué avec la crise multiforme, multisectorielle qui s’est abattue sur notre pays à partir des années 80 et 90. Il s’est enraciné dans la société en général et dans les grandes villes en particulier au cours des années 2000.  

A la base de cette situation, on épingle la déliquescence de la puissance publique, la dégradation de la condition sociale du peuple, le non paiement des salaires des travailleurs, le pillage systématique des entreprises, unités industrielles et maisons  de commerce en 1991 et 1993  qui ont mis en chômage plusieurs chefs de familles. 

Incapables de subvenir aux besoins vitaux de leurs familles , de satisfaire aux exigences de l’éducation, de l’alimentation, du logement et de la santé de leurs rejetons, bon nombre de parents congolais ont vu leur autorité, leur emprise et leur ascendance sur les enfants sapées et diminuées.

Face à cette carence endémique de l’influence des parents, due surtout  au manque des moyens vitaux d’existence, la plupart des enfants ont carrément déserté les toits familiaux pour élire domicile dans la rue et sur les places publiques. 

De la même manière, devenu pratiquement inopérant, l’Etat congolais a cessé de  jouer, depuis belle lurette, son rôle de protecteur des enfants et de régulateur des conflits.

Pourtant, la RD Congo, notre pays, dispose d’une gamme des lois et règlements inhérents à la protection des enfants et à la répression des comportements délinquants qui datent de longues années.

Du fait de la faiblesse notoire de l’appareil de l’Etat, la puissance publique a laissé se développer dangereusement le phénomène des enfants de la rue qui, à la suite de la démission des institutions municipales,  territoriales et judiciaires, se comportent comme dans une jungle. D’où, le rôle de plus en plus visible joué depuis des années par des Associations sans but lucratif, des ONG nationales et internationales et des partenaires bilatéraux ou multilatéraux dans la prise en charge du destin des enfants de la rue pour soustraire ces derniers de plusieurs risques et dangers. 

II.  APPROCHE METHODOLOGIQUE DE REINSERTION DE L’ENFANT EN RUPTURE FAMILIALE EN RDCONGO Depuis la mise en place des institutions du dialogue inter-congolais de Sun City, en juin 2003, deux approches de réinsertion des enfants en rupture familiale fonctionnent en RD Congo sans toutefois procéder de la même manière. Il y a d’un côté l’approche gouvernementale de réinsertion ; et de l’autre, la méthode des organisations de la  société civile. II.1 L’APPROCHE GOUVERNEMENTALE DE REINSERTION Avec le concours des partenaires internationaux que sont l’ONU, l’union européenne, l’union africaine et les Etats-Unis d’Amérique, le gouvernement congolais, qui avait  reçu mandat du dialogue inter-congolais de l’Afrique du sud, a mis en place le mécanisme DDR à savoir Démobilisation, Désarmement et réinsertion. C’est un programme qui concerne les enfants associés aux forces et groupes armés qui trouve son fondement juridique dans le protocole additionnel de la convention des Nations Unies relatives aux droits de l’enfant concernant l’implication des enfants dans les conflits armés, (articles 1,2,4,6 et 7). 

Placé sous la gestion technique de la Commission Nationale de Désarmement et Réinsertion, (CONADER) en sigle, ce  programme DDR a connu diverses fortunes dans son application dans ce sens que les enfants ont beaucoup tardé à être retirés des unités.

En plus, la réadaptation physique et psychologique des enfants démobilisés a continué à poser problème. Logés dans les camps, hôtels transformés en centres d’accueil, le décor rappelait aux enfants démobilisés leur passé militaire. Tandis que d’autres arrivent difficilement à se libérer  de la violence mentale.

Autrement dit, si le désarmement et la démobilisation des enfants associés aux groupes armés ont été effectifs suivant le programme gouvernemental DDR, leur réinsertion n’a rien de réussi. Raison pour laquelle, d’autres approches et méthodologies  sont d’application  dans les milieux associatifs pour corriger les inadéquations du programme DDR en vigueur chez les officiels congolais. 

II.2. L’APPROCHE EN VOGUE DANS LES MILIEUX NON GOUVERNEMENTAUX 

Abordant la question des enfants en rupture familiale dans la ville-province de Kinshasa, le Document stratégique de réduction de la pauvreté (DSRP) élaboré par  le Ministère du Plan,  en avril 2005, catégorise les personnes vivant dans la rue de la manière suivante : les enfants abandonnés, les enfants orphelins d’un ou de deux parents, les enfants dits sorciers, les enfants déplacés de guerre et non accompagnés, les jeunes adultes « shegués » parmi lesquels  figurent de nombreux voleurs, et les enfants issus des unions des jeunes adultes « shegués ».

On estime à 25.000 le nombre d’enfants de la rue pour la seule capitale congolaise où ils ont investi les grandes artères de la ville, les devantures des magasins, les marchés et autres lieux publics. 

  Détestés pour leur manque de savoir-vivre et leur penchant aux violences, vols et autres actes de vandalisme, ces enfants en rupture familiale du Congo  sont en insécurité permanente et constituent une sorte de bombe à retardement pour la République et ses habitants. Toutes les répressions des pouvoirs publics à leur encontre et autres actes de ressentiment de la population à leur endroit n’ont pas apporté le résultat escompté c’est-à-dire faire changer de vie à ces marginaux. 

Cependant, plusieurs ONG congolaises, seules ou en partenariat avec les ONG internationales et autres bailleurs de fonds, ont entrepris d’encadrer  ces enfants afin de leur réinsertion dans la vie nationale et familiale.

Les moyens  utilisés pour y parvenir divergent même quand ces organisations poursuivent le même but.

Ainsi, trois approches ont été mises à contribution : la recherche, le renforcement des capacités et enfin le lobbying et la prévention. II.2.1. Le travail de recherche Convaincus que le phénomène « Enfant de la rue » constitue, pour la société congolaise,  un  péril en la demeure, les travailleurs sociaux de rue ont misé d’abord sur la disponibilisation des informations fiables à ce sujet et  s’attèlent à  rassembler des  indicateurs sur les aspirations, désirs et causes  qui sont à la base de la rupture sociale des enfants.

Un recensement des enfants de la rue a été organisé dans la capitale congolaise.  Les statistiques  ainsi recueillies orientent les mesures et décisions des pouvoirs publics, les bailleurs de fonds et autres partenaires intéressés.

Il convient de souligner que les statistiques disponibles  renseignent sur la situation des enfants en rupture familiale et les moyens à mettre en œuvre dans le but de planifier les interventions en leur  faveur. Ce, en tenant compte des centres d’intérêt mentionnés  dans la Convention relative aux droits de l’enfant : la  survie, le développement, la protection et l’opinion  de l’enfant. II.2.2. Le travail de renforcement des capacités des opérateurs sociaux Face  au déficit avéré d’analyse, de capacité managériale et conceptuelle dans le chef de plusieurs opérateurs sociaux, des séminaires, ateliers, colloques, tables- rondes et autres forums ont été organisés avec le concours des partenaires du Nord au profit des travailleurs sociaux de rue du Congo depuis des années. Durant ces rencontres de renforcement des capacités des membres des ONG, les connaissances  théoriques ont été transmises, les expériences échangées par des personnes ressources.   II.2.3. Le travail de lobbying et de prévention Comme il fallait s’y attendre, le travail de terrain a toujours été précédé par des tournées et campagnes de sensibilisation et de lobbying, œuvre des ONG et cartels, auprès  de l’Etat, des chancelleries et autres corps constitués présents à Kinshasa.  Véritable plaidoirie en faveur des enfants de la rue, ces tournées et campagnes ont consisté à exhorter l’Etat congolais à améliorer les conditions salariales des chefs des familles en vue de leur permettre de subvenir aux besoins  et désirs de leurs rejetons. Dans le même  temps, une pression croissante des ONG congolaises, appuyées par leurs homologues  internationales, est sans cesse exercée  sur l’Etat congolais pour pousser celui-ci à appliquer les lois et règlements relatifs à la protection de mineurs d’âge et enfants en conflit avec la loi conformément aux instruments juridiques internationaux.  Dans le même registre de travail  de travail de lobbying, plusieurs travailleurs sociaux de la RD Congo sont portés à innover en matière de réinsertion des enfants en rupture familiale.  Cette innovation, qui tient compte du cercle vicieux des méthodes d’encadrement  en aval, consiste à traiter la question en amont. C’est ici le lieu de souligner la démarche qui consiste aujourd’hui à remonter jusqu’aux familles biologiques ou sociologiques  des enfants de la rue afin d’identifier les causes qui ont milité en faveur de la désertion des enfants vers la rue.  Puisque le plus souvent, il s’agit d’un problème de pauvreté matérielle criante qui rend les familles incapables de  gérer leurs membres jeunes,  certaines ONG penchent sur l’élimination, tant soit peu, de ces causes. Des fonds  sont accordés aux parents sous forme de micro-crédits encadrés dans le but de permettre à ces derniers d’être à même de satisfaire  aux désirs des enfants réintégrés.             III. RECOMMANDATIONS Les membres du Comité d’Appui au Travail Social de Rue  ont profité de ma présence ici pour vous faire  quelques recommandations dont voici les plus importantes : III.1. La  pauvreté criante étant la cause principale de la désertion des enfants de leurs familles, il est souhaitable que la communauté internationale aide à sa réduction en influençant les politiques des dirigeants congolais ; III.2. Alors que le Gouvernement congolais paie copieusement les membres des institutions publiques, preuve que les moyens existent, la communauté internationale  est invitée  faire pression  sur les dirigeants congolais pour qu’ils versent des salaires décents aux employés  qui sont des parents afin de combattre l’incapacité de prise en charge des enfants. CONCLUSION Comme dit un slogan du Ministère congolais de Genre, Famille et Enfant, « la rue n’enfante pas ». Les enfants dits de la rue en République Démocratique du Congo constituent  donc un phénomène de société issu de la pauvreté criante qui sévit dans la plupart des familles.  Du point de vue préventif, la meilleure méthode de résoudre cette équation l’équation « Enfants de la rue », consiste à réduire sensiblement la pauvreté dans cette partie de la planète.  A cet effet, le rôle de l’Europe, continent lié à l’Afrique par l’histoire de la colonisation,  est déterminant.  La meilleure approche  pour l’Europe de  se mettre à l’abri de l’immigration des jeunes congolais en particulier, et africains en général, consiste à travailler avec les opérateurs sociaux et les décideurs politiques du Sud dans le but d’améliorer le vécu quotidien  des populations des pays africains dont les jeunes.  Dans cette optique, permettez-nous de saluer l’implication de Dynamo International dans l’action des travailleurs sociaux de rue congolais en nouant un partenariat actif avec un groupe des ONG congolaises. Ce partenariat a donné naissance au Comité d’Appui au Travail Social de Rue, CATSR en sigle. Nous lançons un appel à d’autres structures européennes de suivre l’exemple de Dynamo International. 

Nous  vous remercions.

20:35 Écrit par Le Catsr dans Rapports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

3 janvier 2008 - Mission d'Edwin De Boevé à Kinshasa

Rapport  de  Mission effectuée par  le Directeur de Dynamo  International, Monsieur Edwin de Boevé, à Kinshasa en décembre 2007 INTRODUCTION Dans le cadre de la commémoration du 1er  anniversaire du Comité d’Appui au Travail Social de rue, CATSR en sigle,  le Directeur de Dynamo International, Monsieur Edwin de Boevé, a effectué une mission de travail à Kinshasa du 21 au 27 décembre 2007 pour prendre part aux festivités organisées à cette occasion.  Outre sa participation à la manifestation tenue  le 22 décembre 2007 dans la salle des réunions de la  Maison communale de Kalamu, Monsieur Edwin   a eu des séances de travail avec les délégués des associations du CATSR  signataires de la Convention de partenariat avec Dynamo International et les responsables du Secrétariat technique de ce cadre d’échanges, de réflexion et d’actions des travailleurs sociaux de rue portant notamment sur le projet « Droits, protection et aide à la jeunesse en République Démocratique du Congo ».  Il a également eu des entretiens  avec certains officiels congolais dont le ministre de la Jeunesse et des Sports  et  intervenu dans les médias comme relaté dans ce rapport.   DEROULEMENT DU SEJOUR 1.     Arrivée  et installation  Arrivée, accueil et  installation à l’Hôtel « African dream »  dans la commune de la Gombe  par le Centre Wallonie Bruxelles le vendredi 21 décembre 2007. 2.     Manifestation commémorative du 1er  anniversaire du CATSR Les associations de Kinshasa et de la province du Bas Congo se sont rencontrées dans la salle des réunions de la Maison communale de Kalamu à l’invitation  du Secrétariat technique pour  commémorer le 1er  anniversaire du CATSR.  Une occasion pour la coordination du CATSR de présenter un rapport – bilan à l’assistance, constituée, outre les délégués des associations impliquées dans ce cadre d’échanges, de réflexion et d’actions des travailleurs sociaux de rue,  de différentes personnalités, notamment  Freddy Jacquet, Délégué de la Communauté française de Belgique en RD Congo ; Fabrice Sprimont, Coordinateur de l’Association pour la promotion de l’éducation et  de la formation à l’étranger (Apefe, un organisme belge) ; Papae Mvumbi Lutete, Bourgmestre adjoint de la commune de Kalamu ;  Edwin de Boevé, Directeur de Dynamo International ;  Kasayi, Conseiller chargé de la jeunesse en difficulté et des organismes internationaux au ministère congolais de la Jeunesse et des Sports,  représentant personnel du ministre ; de la représentante de Mme Annie Kenda, Responsable du Conseil national de l’enfance  (CNE) ; Monsieur Makolonze,  représentant du chef de division urbaine de la jeunesse ville province de Kinshasa et du secrétaire général de la jeunesse ;  Joseph Sengo,  Vice-président  de « Humanisme et Solidarité » (ONG chargée d’audit du CATSR);  de la révérende soeur Jacqueline Bukaka, coordonnatrice provinciale du CATSR/Bas Congo.  Une gerbe d’activités Dans son discours, le Coordonnateur du CATSR, Edho MUKENDI Kafunda Sha Ntumba, a présenté  la liste des activités réalisées  par cette structure  d’appui au travail social de rue en RDC  en dépit du manque des moyens financiers.  Il convient d’épingler :·       la remise des fournitures scolaires à deux écoles, situées respectivement dans les communes de  Kimbaseke et Barumbu, supervisées par les associations « Ceprodeki » et « Anges du ciel » ;·       l’inauguration du siège du CATSR par M. Freddy Jacquet le 1er  mars 2007 ;·       l’organisation des deux journées de formation sur le travail social de rue les 23 et 27 juin 2007, animées par le Cafes ;·       la  participation avec intervention au forum social congolais le 24 juin 2007 ;·       l’organisation des deux journées de réflexion autour du thème : « Le travail social de rue et sa reconnaissance légale en République Démocratique du Congo » le 19 septembre et le 13 octobre 2007 à Kinshasa ;·       les rencontres  et échanges avec plusieurs personnalités étrangères et congolaises à Kinshasa et à l’extérieur du pays au moyen de nouvelles technologies de l’information et de la communication ;·       Interventions téléphoniques  du CATSR à  la Radio « Galilée » de Québec/Canada sur  la problématique de la prise en charge des enfants en rupture familiale en RDC. Certes, le CATSR a bénéficié d’un préfinancement de Dynamo International  mais qui n’a servi qu’à l’ouverture du secrétariat technique et à l’appui aux salaires de la sentinelle et de la chargée de protocole.  Ainsi, le coordonnateur a lancé un appel  à des différents partenaires tant nationaux qu’internationaux installés ou pas en RD Congo de soutenir le CATSR pour la matérialisation de se objectifs. A ce sujet, la Région wallonne a donné le ton en soutenant le CATSR pour une période de deux ans. Le Délégué Freddy Jacquet l’a annoncé officiellement  à l’assistance avant d’encourager les éducateurs de rue à bien travailler comme par le passé. Pour sa part, le bourgmestre adjoint de Kalamu, Monsieur Papae Mvumbi,  a remercié les organisateurs d’avoir  choisi sa municipalité afin d’abriter cette manifestation. Et le directeur de Dynamo International, Edwin de Boevé, a justifié sa présence à cette fête par le souci de palper du doigt le travail  que ses collègues du Sud  réalisent  sans moyens conséquents contrairement aux pays du Nord. « Vous avez fait du bon boulot »,  s’est-il exclamé en épinglant une bonne stratégie de diffusion des informations qui a inspiré les travailleurs sociaux de rue d’autres pays.    La projection d’un documentaire sur le séminaire de formation au travail social de rue organisé à Kinshasa en avril  2006 ainsi  que  les témoignages de  quatre  éducateurs de rue, membres de  l’Asadho, de l’Orper, de Karibu/ Kinshasa et un indépendant  sur leur expérience en rapport avec l’encadrement des enfants en rupture sociale ont marqué également la manifestation commémorative du 1er anniversaire du CATSR sans oublier une saynète interprétée par les écoliers de  « Anges du Ciel » sur la maltraitance des enfants.   3.     Première séance de travail avec les membres du CATSR Le samedi 22 décembre 2007, après la manifestation commémorative du 1er anniversaire du CATSR, Monsieur Edwin  a eu, dans la soirée, au Centre Wallonie Bruxelles,  une première séance de travail avec les membres du Secrétariat technique dont Messieurs Edho Mukendi et Job Nkuna, respectivement  Coordonnateur  et secrétaire, ainsi que  certains représentants des associations signataires de la Convention de partenariat  avec Dynamo International. Il s’agit de : Roger Katembwe ( Asadho), Antoine Ketikila (Cafes) ,  Etienne Lungala (Ceprodeki) ,  Henri Longendja (Codhod), Sley Numbi ( Jeunesse Avenir) et Richard  Lokota (Cocom). Au cours de cette rencontre, le Directeur  de Dynamo International a informé ses partenaires du CATSR du financement du Projet « Droits, protection et aide à la jeunesse en République Démocratique du Congo »par la Région wallonne pour la période 2008-2009. La subvention de ce projet de l’ordre de 100.000  euros (cent mille euros) a été signifiée à Dynamo International par la ministre de la Recherche, des technologies nouvelles et des Relations extérieures de la Région wallonne, Marie-Dominique Simonet, dans une correspondance datée du 11 décembre 2007 et un arrêté ministériel a été signé à cet effet  à la même date. Cependant, le projet « Travail de rue et aide jeunesse en RDC/CAFES »  n’a pas été retenu par la Coopération  belge au développement (DGCD) pour certaines raisons, notamment le fait que le CAFES bénéficie  d’un financement d’une durée de 3 ans (2007-2009)   et mène des activités de formation similaires à celles mentionnées dans le projet, comme  Monsieur Edwin l’a fait savoir, documents à l’appui, à ses collègues de la RDC.  Ces derniers   ont pris en compte les arguments de la DGCD  en relevant que le  CAFES ne couvre pas l’ensemble du territoire  national en matière de formation.  Ils ont également formulé le vœu de voir la Coopération au développement soutenir les projets futurs du  CATSR  qui prendra soin  d’introduire  un dossier complet sur son identité dont les exigences relatives au statut juridique.      Ce premier échange d’informations entre Edwin de Boevé et ses collègues du CATSR a duré environ  1 heure 30 minutes.    4.  Séance de travail avec Edho MUKENDI et   Réunion des membres  du CATSR Le Directeur de Dynamo International a échangé des vues avec le coordonnateur du CATSR, Monsieur Edho Mukendi, le lundi 24  décembre, dans l’avant-midi, et lui a présenté  le budget du projet « Droits, protection et aide à  la jeunesse en RDC ». A la faveur de cette rencontre, la suite du programme  du séjour d’Edwin a  été  planifiée.  Dans l’après –midi, les membres du CATSR se sont réunis au siège pour prendre connaissance du budget et l’analyser.   A ce sujet, des préoccupations ont été soulevées, notamment sur la possibilité d’aménager le chronogramme.   Le projet de contrat de partenariat  Dynamo International – CATSR a été lu et certains amendements ont été formulés par les participants. 5.  Deuxième séance de travail avec les membres du CATSR Le mercredi 26 décembre 2007,  les membres du CATSR ont, de nouveau, rencontré, à  leur siège,  leur partenaire de Dynamo International.  Cette séance de travail a porté sur le projet subventionné par la Région wallonne. Il était question, lors de cet entretien, de comprendre certaines  rubriques budgétaires retenues par la Wallonie.   Il convient de souligner  que le financement accordé ne servira qu’à réaliser le strict minimum d’activités. L’enveloppe octroyée par la  Wallonie au CATSR pour la période   2008 - 2009 est de l’ordre de 100.000 euros. Dynamo International s’engage, à la signature de la convention de partenariat avec le CATSR, à  verser dans le compte de son  partenaire un montant de 10.000 euros tout en soustrayant certaines dépenses engagées telles que l’achat de l’ordinateur portable, de l’appareil photographique. Le principe de versement trimestriel des fonds a été retenu par les  deux parties.  Pour ce projet,  le CATSR recevra la somme de 84.244 euros tandis que Dynamo International assurera la gestion des fonds destinés aux voyages internationaux équivalant à 15.756 euros. De gauche à droite  : Sley Numbi( Jeunesse Avenir), Sébastien Kabw Mukanz     ( Cafes), Etienne Lungala ( Ceprodeki), Philomène Mukendi (Anges du ciel), Edho Mukendi( Catsr/Jeunesse Avenir), Richard Lokota(Cocom), Job Nkuna( Catsr/Pax Juniors), Edwin de Boevé( Dynamo International ) et Antoine Ketikila ( Cafes)  Par ailleurs, le  Directeur de Dynamo  International a apporté des éclaircissements sur le volet secrétariat technique.  Il a indiqué que le poste de conseiller technique a été supprimé au profit de plusieurs experts  pour les volets « appui au travail social de rue » et  « cadre légal de protection de l’enfance et de la jeunesse ». Il a émis le souhait d’impliquer un nombre important d’acteurs sociaux de rue  dans les deux volets.    On peut reconnaître messieurs Edho Mukendi, Richard Lokota, Job Nkuna, Edwin de Boevé et Sley Numbi. 6. Rencontres avec des officiels congolais, belges et  certains responsables  des services  publics de l’enfance 

  • Audience avec le Ministre de la Jeunesse et des Sports, Monsieur Willy Bakonga
 Le Délégué de la Wallonie Bruxelles en RD Congo, Monsieur Fredy Jacquet, le Directeur  de Dynamo International,  Monsieur Edwin de Boevé, accompagnés du coordonnateur du CATSR, Monsieur Edho Mukendi, ont été reçus par  le  ministre congolais de la Jeunesse et des Sports le jeudi 27 décembre 2007, dans l’après-midi.  Ils ont fait un tour d’horizon sur le travail  que l’ONG « Dynamo International » et le CATSR accomplissent en RDC.  A l’issue de cette audience, une volonté réelle d’appuyer les acteurs de terrain et d’établir un partenariat institutionnel avec les ministères en charge de l’aide à la jeunesse et celui de la jeunesse et de la culture du gouvernement de la Wallonie s’était dégagée.  Pour couronner cette rencontre, une lettre d’intention adressée à ces ministres wallons a été signée par leur homologue  congolais le 27 décembre 2007. 
  • Rencontre avec l’, Ambassadeur belge en RD Congo,  Monsieur Johann  Swinem
 
  • Séance de travail avec la Directrice  du Conseil National de l’Enfant
 Monsieur Edwin  de Boevé et ses partenaires du CATSR ont eu une séance de travail avec Madame Annie KENDA, Directrice du Conseil National de l’enfant le  mercredi 26 décembre 2007 dans son bureau de service.  L’entretien a tourné autour du partenariat  entre les services publics de l’enfance de la RD Congo et ceux de la Belgique.  Ont pris part à la séance de travail : Edwin de Boevé  de Dynamo International,Edho MUKENDI de CATSRAntoine  KETIKILA  de CatsrRoger KATEMBWE de CatsrAnnie KENDA  Cne Monsieur Edwin  a tenu à informé leur interlocuteur du financement par la Région Wallonne  du projet de CATSR, son partenaire en RD Congo. Ce financement couvre :Ø     l’appui à la coordination du CATSR,Ø     La formation des travailleurs sociaux dans le but de renforcement des capacitésØ     L’Amélioration du cadre légal de protection de la jeunesse.  A cet dernier point, la délégation de CATSR  et Dynamo  International  a cherché à avoir des informations sur l’évolution du projet  de code de protection des droits de l’enfant déposé à l’Assemblée Nationale, de la possibilité de travailler pour la vulgarisation, traduction et illustration  de ce code langue nationales et bandes dessinées… Prenant la parole, Madame Annie KENDA  a tenu à remercier ses hôtes pour la visite et surtout pour la persévérance dans ce travail social.Le code a évolué a t- elle souligné parce qu’il se trouve pour l’instant à l’Assemblée Nationale  et tous nous attendons son adoption après l’étude du texte par la commission socio culturelle de l’Assemblée.Quant à sa vulgarisation et information de la société civile du contenu de ce code, Madame Annie pense que cela peut se faire déjà ; mais la traduction en langues nationales pourra attendre la promulgation par le chef de l’Etat. S’agissant de partenariat avec le Ministère, elle a pensé que les acteurs de la société civile doivent constituer un dossier pour le Ministère avec tous les éléments qui reprennent le parcours du Catsr.     De tous ces échanges, il se dégage des propositions ci- après : 
  • Que le CATSR constitue un dossier complet à déposer au Ministère avant de solliciter une audience avec Madame La Ministre  du Genre, Famille et Enfant ;
  • Qu’une délégation mixte Gouvernement et Société civile visite le tribunal de la Jeunesse à Bruxelles ;
  • Que le Gouvernement Belge disponibilise des copies du « décret d’aide à la jeunesse » ;
  • Que le Conseil National de l’Enfant (CNE) disponibilise une copie « code de protection de l’enfant » pour les acteurs de la société civile ;
  • Que les échanges entre juridictions pour mineurs entre les deux pays se fassent ;
  • Que les Organisations vulgarisent  le  projet de code de protection de l’enfant ;
  • Que les contacts soient maintenus entre les organisations et le Ministère  dans le but de travail en parfait partenariat ;
 Il était question lors de cet entretien de voir comment impliquer les acteurs de terrain dans la vulgarisation du code de protection des droits des enfants après son adoption par l’assemblée Nationale  et sa  promulgation par le président de la République. La délégation du CATSR et Dynamo International ont fait savoir à Madame Anny Kenda que cette campagne pouvait déjà commencer maintenant car beaucoup des congolais ne sont pas encore au courant de ce qui se fait sur ce code. Et madame ANNY Kenda s’est montrée très intéressée à toucher la hiérarchie pour l’implication des acteurs de terrain  Rencontre avec le professeur  Massiala Masolo, Directeur du Centre Congolais de l’Enfant et de la Femme. Cet interlocuteur a rassuré son hôte sur la collaboration avec le CATSR dans le cadre de la vulgarisation du code de protection des droits des enfants qui se trouve en discussion au parlement. Mr Edwin a rencontré également dans l’après midi de ce jour monsieur Dany Singoma et monsieur Kasayi respectivement Directeur de programme Fadoc au CENADEP et conseiller chargé de la jeunesse en difficulté et des organismes internationaux au cabinet du ministre de la jeunesse et sports. Avec le 1èr, il avait été question voir comment nouer des contacts avec la solidarité socialiste afin d’une collaboration dans les années à venir dans le cadre de la pérennisation de la dynamique du CATSR. Monsieur Dany était favorable à cette proposition et a promit sa collaboration au CATSR. Avec le 2ème, il était question de voir comment impliquer le ministère de l jeunesse de la RDCongo aux activités qu’exercent les travailleurs sociaux de rue. Aussi, question d’établir des liens institutionnels entre les ministères congolais concernés par la question des enfants et jeunes  et leurs homologues belges tout associant les acteurs de terrains. Le conseiller Kasayi était très intéressé par la question et a sollicité une audience auprès de son ministre pour jeudi 14hoo.                                                                                              7. Interventions dans les médias locaux A 18hoo de Dimanche 23 .12.2006, monsieur Edwin est intervenu à la télévision Antenne A au journal télévisé. .Messieurs Antoine Ketikila, Edho Mukendi, Edwin de Boevé et Roger Katembwe se sont retrouvés  de 11hoo à 12hoo sur le plateau de la Télévision Antenne A pour sensibiliser l’opinion Kinoise et des environs sur le travail social de rue, parler du bilan de l’an 1 du CATSR et du soutien de la Région Wallonne au CATSR pour les 2 ans 2008 et 2009, le mercredi 26.12.   Passage à l’émission télévisée sur Congo web par Edwin. Pendant 50 minutes, monsieur Edwin de Boevé a passé sur Congo Web une émission pour parler de Dynamo International et du CATSR à 20hoo de mercredi. 
  1. Conférence de presse  conjointe Dynamo international CATSR
 Dans la salle des spectacles du centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa, les deux responsables du CATSR et De Dynamo International, introduit par le Délégué de la Wallonie, ont livré à la presse l’information de l’appui de la Région Wallonne au CATSR pour 2008-2009 
  1. Dernière réunion avec les responsables du Secrétariat technique et membres du CATSR
 Séance de l’évaluation de la mission de travail entre Edwin, Edho, Antoine Ketikila, Roger Katembwe et Job Nkuna.          Signature de la convention relative la gestion du projet financé par la région wallonne. Monsieur Edho Mukendi Kafunda Sha Ntumba et monsieur Edwin de Boevé, respectivement Coordonnateur du CATSR et Directeur de Dynamo International ont signé tous deux, dans le bureau de monsieur Fabrice Sprimont, Coordinateur de l’Apefe ladite convention. Notons que la 1ère tranche sera versée au CATSR dès l’ouverture d’un compte bancaire.            CONCLUSION Une année pour la vie d’une structure c’est peu pour réaliser toutes les recommandations du séminaire de Kinshasa d’avril 2006. Mais c’est aussi beaucoup car non seulement la dynamique a été maintenue mais aussi et surtout la volonté de travailler d’une manière concertée et permanente à fait que la Région Wallonne a donné le ton. Que ceux qui hésitent encore d’appuyer le CATSR, fassent des gestes car il y va de la vie nos enfants et jeunes, avenir d’une grande nation qu’est la République Démocratique du Congo.

20:32 Écrit par Le Catsr dans Rapports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

7.- 2 janvier 2008 - Activités du premier anniversaire du Catsr

NOTE D’INFORMATION N°7  L’An  1 du  CATSR marqué par plusieurs activités   Le Comité d’Appui au Travail Social de Rue (CATSR) a commémoré samedi 22 décembre 2007 son 1er  anniversaire dans la salle des réunions de la maison communale de Kalamu, à Kinshasa. Une occasion pour la coordination du CATSR de présenter un rapport – bilan à l’assistance, constituée, outre les délégués des associations impliquées dans ce cadre d’échanges, de réflexion et d’actions des travailleurs sociaux de rue,  de différentes personnalités, notamment  Freddy Jacquet, Délégué de la Communauté française de Belgique en RD Congo ; Fabrice Sprimont, Coordinateur de l’Association pour la promotion de l’éducation et  de la formation à l’étranger (Apefe, un organisme belge) ; Papae Mvumbi Lutete, Bourgmestre adjoint de la commune de Kalamu ;  Edwin de Boevé, Directeur de Dynamo International ;  Kasayi, Conseiller chargé de la jeunesse en difficulté et des organismes internationaux au ministère congolais de la Jeunesse et des Sports,  représentant personnel du ministre ; de la représentante de Mme Annie Kenda, Responsable du Conseil national de l’enfance  (CNE) ; Makolonze,  représentant du chef de division urbaine et du secrétaire général de la jeunesse ; Joseph Sengo, Vice-président  de « Humanisme et Solidarité » (ONG chargée d’audit du CATSR);  de la révérende soeur Jacqueline Bukaka, coordonnatrice provinciale du CATSR/Bas Congo.  Une gerbe d’activités Dans son discours, le Coordonnateur du CATSR, Edho MUKENDI Kafunda sha Ntumba, a présenté  la liste des activités réalisées  par cette structure  d’appui au travail social de rue en RDC  en dépit du manque des moyens financiers.  Il convient d’épingler :·       la remise des fournitures scolaires à deux écoles, situées respectivement dans les communes de  Kimbaseke et Barumbu, supervisées par les associations « Ceprodeki » et « Anges du ciel » ;·       l’inauguration du siège du CATSR par M. Fredy Jacquet le 1er  mars 2007 ;·       l’organisation des deux journées de formation sur le travail social de rue les 23 et 27 juin 2007, animées par le Cafes ;·       la  participation avec intervention au forum social congolais le 24 juin 2007 ;·       l’organisation des deux journées de réflexion autour du thème : « Le travail social de rue et sa reconnaissance légale en République Démocratique du Congo » le 19 septembre et le 13 octobre 2007 à Kinshasa ;·       les rencontres  et échanges avec plusieurs personnalités étrangères et congolaises à Kinshasa et à l’extérieur du pays au moyen de nouvelles technologies de l’information et de la communication ;·       Interventions téléphoniques  du CATSR à  la Radio « Galilée » de Québec/Canada sur  la problématique de la prise en charge des enfants en rupture familiale en RDC. Certes, le CATSR a bénéficié d’un préfinancement de Dynamo International  mais qui n’a servi qu’à l’ouverture du secrétariat technique et à l’appui aux salaires de la sentinelle et de la chargée de protocole.  Ainsi, le coordonnateur a lancé un appel  à des différents partenaires tant nationaux qu’internationaux installés ou pas en RD Congo de soutenir le CATSR pour la matérialisation de se objectifs. A ce sujet, la Région wallonne a donné le ton en soutenant le CATSR pour une période de deux ans. Le Délégué Fredy Jacquet l’a annoncé officiellement  à l’assistance avant d’encourager les éducateurs de rue à bien travailler comme par le passé. Pour sa part, le bourgmestre adjoint de Kalamu, Papae Mvumbi,  a remercié tous les organisateurs d’avoir  choisi sa municipalité afin d’abriter cette manifestation. Et le directeur de Dynamo International, Edwin de Boevé, a justifié sa présence à cette fête par le souci de palper du doigt le travail  que ses collègues du Sud  réalisent  sans moyens conséquents contrairement aux pays du Nord. « Vous avez fait du bon boulot »,  s’est-il exclamé en épinglant une bonne stratégie de diffusion des informations qui a inspiré les travailleurs sociaux de rue d’autres pays.    La projection d’un documentaire sur le séminaire de formation au travail social de rue organisé à Kinshasa en avril  2006 ainsi  les témoignages de quatre éducateurs de rue de l’Asadho, de l’Orper, de Karibu/ Kinshasa et de la Croix - Rouge  sur leur expérience en rapport avec l’encadrement des enfants en rupture sociale ont marqué également la manifestation commémorative du 1er anniversaire du CATSR sans oublier une saynète interprétée par les écoliers de  « Anges du Ciel » sur la maltraitance des enfants. 

20:28 Écrit par Le Catsr dans Notes d'information | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

6.- 15 octobre 2007 - pour un Ordre des travailleurs de rue

NOTE D’INFORMATION N°6 Sous l’impulsion  du CATSR Un ordre national des travailleurs sociaux de rue en gestation en RDC   La salle des conférences du Stade des martyrs, à Kinshasa,  a servi de cadre mercredi 19 septembre 2007 à une journée de réflexion sur le thème : « Le travail social de rue et sa reconnaissance légale en République démocratique du Congo».  Ce, à l’initiative du Comité d’appui au travail social de rue en RDC (CATSR), avec le soutien de la  Délégation de la communauté française de Belgique Dans la déclaration finale,   les participants venant de différentes associations, ont décidé de la création d’une corporation nationale des travailleurs sociaux de rue.  A cet effet, ils ont recommandé le renforcement de la commission « Protection et promotion du statut du travailleur social de rue en RDC » du CATSR en vue de l’élaboration d’un texte de base sur  la profession de ces acteurs qui aident les personnes en situation difficile à s’adapter à leur milieu de vie.  C’est ainsi que le Secrétariat technique du CATSR a initié et organisé une réunion élargie de ladite Commission le samedi 13 octobre 2007 à son siège. A l’issue de cette rencontre, les membres de la  commission élargie  ont convenu de déposer au secrétariat technique, chacun en ce qui le concerne, une contribution écrite sur  les statuts  de la corporation naissante, la déontologie et l’éthique du travailleur social de rue ainsi que les moyens de vulgarisation et de sensibilisation de la masse sur ce type de travail. Le secrétariat technique fera la mise en commun et convoquera une prochaine réunion car, la création d’un ordre national des travailleurs sociaux de rue est un processus, a souligné le Coordonnateur Edho MUKENDI KAFUNDA Sha Ntumba.Importantes communications Revenons à la journée de réflexion du 19 septembre pour signaler que les participants ont suivi, avec intérêt, deux communications : la  première était  intitulée  « Le travail social de rue et sa reconnaissance légale en RDC : vision du ministère des Affaires sociales et de  la solidarité nationale » et la seconde portait le « Statut du travailleur social de rue en RDC ».  Dans son exposé, le conseiller  chargé de la formation et représentant du ministre des Affaires sociales et de la solidarité nationale, le  Pr. LUMPUNGU KABAMBA  a assuré les travailleurs sociaux de rue que les propositions pour la reconnaissance légale de leur statut seront examinées et prises en compte. Le travail social est un apostolat qui mérite le soutien des pouvoirs publics, a-t-il souligné. Le  ministère des Affaires sociales et de la Solidarité nationale a promis de mettre  à la disposition de la commission relative au statut du travailleur social de rue  la documentation utile.  Comme pour poser la pierre angulaire de la future corporation,   le directeur général du Centre africain  pour la formation supérieure des éducateurs sociaux (CAFES), M. Sébastien KABW MUKANZ, a démontré que le statut du travailleur social de rue n’existe pas en RDC. D’où, la nécessité de doter  cet acteur d’un statut car, reconnaître son travail équivaut à protéger les personnes en situation difficile, a—t-il soutenu. Se basant sur la conception des Nations Unies, l’orateur a indiqué que le travailleur social de rue aide les individus  à s’adapter à leur milieu de vie.  Le travail social de rue est une alternative qui permet d’atteindre les personnes en situation difficile dans le milieu où elles se trouvent. Il s’agit du milieu ouvert (marché, rue…). A travers cette journée de réflexion, le  CATSR a réussi à  donner davantage une impulsion à la lutte pour la reconnaissance du métier de travailleur social de rue en RDC. Le coordonnateur Edho MUKENDI   s’est dit satisfait des échanges qui ont marqué cette journée. Il a lancé un appel de soutien matériel et financier aux différents partenaires pour la formalisation du métier de travailleur social de rue. La  Délégation de la Communauté française de Belgique en RDC a par la boucheo MUKENDI n nationale des travailleurs sociaux de rue A, elgique.  souligné le Coordonnateur Edho MUKENDI.sur le travail soci la représentante du délégué Freddy JACQUET,  Mme Annie KABEYA,  rappelé le soutien de la Région wallonne au séminaire international de formation au travail social de rue en RDC, à travers l’ONG « Dynamo International », tenu en avril 2006 à Kinshasa. Le CATSR, une matérialisation des recommandations de  ce forum, bénéficiera de l’appui de la Délégation, a rassuré  la représentante du délégué de la Communauté française de Belgique.  Soulignons en passant que cette journée a connue la participation de 52 associations de Kinshasa, toutes tendances confondues ainsi que certains officiels.  Fait à Kinshasa le 15 octobre 2007.

20:26 Écrit par Le Catsr dans Notes d'information | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

5.- 21 août 2007 - Activités de l'été 2007

NOTE D’INFORMATION N°5 LE MOIS DE JUIN, JUILLET ET AOUTCA BOUGE AU CATSR Le Comité d’Appui au Travail Social de Rue en République Démocratique du Congo, CATSR en sigle, a  au courant de ces mois lancé une série d’activités qui entrent dans le cadre de ses objectifs. C’est dans ce sens que le Secrétariat de ce comité, voudrait à travers ces lignes énumérées quelques unes de ces activités réalisées au courant de la période susmentionnée et celles qui se profilent dans le proche avenir.  1 Ouverture d’une session de formation aux notions introductives du travail social de rue par le cafes Sur demande de la commission « Formation » du secrétariat technique du CATSR, monsieur Sébastien Kabw Mukanz, Directeur Général de Centre Africain de Formation Supérieure des Educateurs Sociaux, Cafes en sigle, a procédé à l’ouverture d’une session de formation au travail social de rue. 12 associations se sont retrouvées dans la grande salle des réunions du CATSR le 23 juin et le 27 du même mois pour suivre des enseignements sur ce noble métier.Le formateur a circonscrit son intervention sur différents points notamment :- la définition de certains concepts clés comme : le travail social, le problème, travailleur social, rue,- les étapes de l’évolution historique du travail social (dans le monde et à Kinshasa)- qui sont les demandeurs du travail social- quelles sont les zones d’interventions du travail social- les problèmes sociaux à Kinshasa- les réponses aux problèmes sociaux.Après ces deux jours de formations, les travailleurs de rue ont été satisfaits des notions mises à leur disposition par le cafes car ils ont comprit que le travail social est une activité visant à aider, à l’adaptation réciproque des individus et leur milieu social. Et ils ont souhaité apprendre d’avantage sur ces notions. 2 Participation à la 1ère édition du forum social congolais du 24 au 28 juin 2007 Le secrétariat du CATSR a participé activement  a la 1ère édition du forum social congolais. Ce forum qui était une occasion pour plusieurs acteurs de la société civile de se parler et d’échanger sur une autre façon de voir le monde. En commençant par la marche de solidarité des personnes victime du néolibéralisme, passant par la visite des stands et la conférence débat au tour du thème : « le travail social de rue, dernier rempart pour les enfants en rupture sociale » et enfin la participation à l’assemblée générale de organisations de jeunesse.Signalons que c’était aussi où plusieurs personnes ont été informées du CATSR et des nombreux contacts ont été pris. N.B le détail sur  rapport de la participation du castr à ce forum étant déjà lancé. 3 Rencontre avec la délégation de l’APEFE. Le CATSR était honoré par la visite de la délégation de l’APEFE Belgique, conduite par monsieur Richard Marchal assisté de monsieur Paulin Swele de l’APEFE Kinshasa. Il était question lors de cette visite de prendre contact avec les acteurs oeuvrant dans le secteur de l’encadrement des enfants en rupture sociale afin de voir comment dans les jours à venir les  appuyer pour  développer l’enseignement non formel. 4 Entretien avec le Bourgmestre adjoint de la commune de Kalamu Monsieur M.PAPAE Mvumbi Lutete, Bourgmestre Adjoint de la kalamu a réuni dans son bureau de travail, les membres du CATSR pour parler de l’organisation de certaines activités en marge de Yambi en Belgique, en tenant compte des relations de jumelages qui lient les deux communes (Ixelles et Kalamu).  5 Entretien avec le Délégué de la Wallonie à Kinshasa, monsieur Freddy Jacquet. Il était question lors de cet entretien de la réalisation d’un projet d’ateliers photo- travail de rue que mademoiselle Aurélie Grimberg devrait faire à Kinshasa.  6 Reportage par les jeunes dans le projet regard –croisés nord sud L’objectif du projet est d’établir de manière permanente la possibilité d’avoir un regard croisé entre des jeunes de RD.Congo et de la Belgique au travers de l’outil médiatique. Ce regard croisé doit permettre à la fois à des jeunes des deux pays d’exprimer des réalités quotidiennes vécues dans leurs villes, mais aussi de s’approprier et d’apprendre à exploiter les différentes possibilités offertes par les outils médiatiques pour s’exprimer. Concrètement le projet aura pour objet de permettre à ces jeunes de réaliser des petits reportages vidéos, photos et sonores (à Kinshasa – communes de Barumbu, Kalamu et N’djili, ainsi qu’à Bukavu et à Bruxelles) en vue de les diffuser, notamment sur un site web créé pour l’occasion, ou lors d’émission radios, d’animations avec des jeunes, ou d’évènements organisés dans le cadre de YAMBI 2007 comme le festival international du film francophone de Namur (FIFF) ou la pièce de théâtre Verre Cassé. Au-delà de ce regard croisé via les médias, l’objectif à terme est aussi de pouvoir provoquer une rencontre physique au Congo ou en Belgique, entre les jeunes congolais et belges qui se seront impliqués dans le projet.  Pour l’instant, en Belgique, les associations « Quand les Jeunes », « Oasis N’djili » et Dynamo International sont porteuses du projet, mais d’autres organisations se montrent intéressées pour rentrer dans le projet.  7 Retour de Monsieur Antoine Ketikila et de La révérende sœur Jacqueline Bukaka Nos deux collègues qui étaient allé en stage de perfectionnement de deux mois en Belgique sont rentrés. 8 La journée de réflexion sur le statut du travailleur social Il sera question lors de cette journée de réunir plusieurs travailleurs de rue et experts pour décortiquer le statut du travailleur social de rue en RDC.

20:24 Écrit par Le Catsr dans Notes d'information | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

4.- 16 mai 2007 - Envoi d'un stagiaire en Belgique

NOTE D’INFORMATION N°4 Renforcement des capacités de ses membresLe Catsr envoie un stagiaire en Belgique Le Comité d’Appui au Travail social de Rue en RDC (CATSR) a envoyé,  le samedi 12 mai 2007,  en stage de perfectionnement en Belgique,  pour une  durée de deux mois,  Monsieur Antoine Ketikila, directeur de formation continue au Centre africain de formation supérieure des éducateurs sociaux (CAFES), basé dans la commune de Ngaliema, à Kinshasa,  et conseiller technique au CATSR. La coordination du CATSR a sollicité et obtenu  auprès de son parténaire Dynamo International la prise en charge  de ce  candidat pour le stage dans le but de doter celui-ci  des techniques  de travail susceptibles de contribuer efficacement au renforcement des capacités des autres membres de ce cadre tant qu’à Kinshasa, la capitale,  que dans les  différentes provinces du pays, à son retour. Le stagiaire KETIKILA mettra à profit son séjour pour  rencontrer et échanger avec  les travailleurs sociaux à travers les différentes rues de Bruxelles et  s’imprégnera du fonctionnement de Dynamo International. Ce n’est pas tout car, le conseiller technique du CATSR fera la ronde dans les différentes écoles des éducateurs spécialisés.  Après la Recherche des sites de stages en Belgique, Dynamo International a arraché l’accord dans  deux établissements dont l’Institut communal professionnel horticole d’Uccle  et l’Ecole des éducateurs de Free.    Ainsi, le CATSR a entrepris les démarches  à Kinshasa pour obtenir le  titre de voyage auprès de plusieurs partenaires dont la Délégation de la Wallonie-Bruxelles en RDC. Après avis favorable  de cette Délégation, le CGRI, une structure de coopération  de la  Communauté française de Belgique,  a  déboursé les fonds nécessaires à l’achat du titre de voyage pour notre collègue KETIKILA.  Le CATSR remercie tous les responsables de ces structures de la Wallonie  pour l’acte   qu’ils  viennent de poser et qui  s’ajoute à tant d’autres.      Ce cadre d’échanges des travailleurs sociaux de rue congolais remercie également les responsables de la compagnie aérienne “ Hewa  Bora “ qui ont été  attentifs  à sa  demande en accordant une réduction à l’achat du billet . Enfin, le CATSR est reconnaissant au CAFES et à son directeur général pour la participation active de cet établissement de formation des éducateurs sociaux à la dynamique amorcée en faveur des travailleurs sociaux de rue congolais et des enfants en rupture familiale. Que l’équipe de Dynamo International impliquée dans ce dossier   daigne également accepter les remerciements du CATSR. Appel du CATSR Le CATSR saisit cette opportunité pour lancer un appel  à d’autres partenaires afin de soutenir son programme de renforcement des capacités et de coopération Sud-Nord, qui prévoit, entre autres, l’envoi de ses membres en stage de perfectionnement dans les pays du Nord, l’accueil à Kinshasa des stagiaires occidentaux pour promouvoir les échanges sur la pratique du travail social de rue.      Il sied de signaler que  deux autres  collègues et  responsables des  structures membres du CATSR séjournent en Belgique, en mission. Il s’agit de la Révérende soeur Jacqueline BUKAKA  de l’ong Source de Vie du Bas Congo; et de Madame Angelique YABELI de  l’Ong Mains de soutien de Kinshasa. 

20:22 Écrit par Le Catsr dans Notes d'information | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

3.- 15 mars 2007 - Inauguration des locaux

NOTE D’INFORMATION N ° 3 Cadre des travailleurs sociaux de rue de la RDC Le siège du CATSR inauguré par Freddy Jacquet Le siège du Comité d’Appui au travail social de rue en République démocratique du Congo (CATSR), situé au n° 2 de l’avenue Bonga, au quartier Matonge, commune de Kalamu, à Kinshasa, a été inauguré   jeudi 1er Mars 2007 par le Délegué de la Communauté française de Belgique en RDC , M. Freddy Jacquet. Aussi, a-t-il procédé à la remise officielle au CATSR des actes du séminaire international de formation au travail social de rue organisé du 03 au 07 avril 2006 au Centre Theresianum de Kintambo, à Kinshasa, par un groupe des associations congolaises en partenariat avec l’ONG “Dynamo International“ établie à Bruxelles. Ce, avec l’appui financier du gouvernement de la communauté française de Belgique , de la coopération  belge et le soutien congolais, représenté à ces assises par l’ancien  vice-président de la République en charge de la commission sociale et culturelle, Arthur Z’Ahidi Ngoma. Dans son mot de circonstance, le coordonnateur de ce Comité d’Appui, M. Edho Mukendi, a fait mention de l’accompagnement  dont le comité d’organisation  du séminaire international de Kinshasa a bénéficié de la part de Freddy Jacquet et de ses collaborateurs, sans oublier l’APEFE (une structure de coopération belge), avant,  pendant et après la tenue de ces assises. D’où, le choix porté sur le Délegué de la Wallonie-Bruxelles en RDC pour inaugurer le siège du CATSR. Formalisé le 22 décembre 2006 à l’occasion de la signature de la convention de partenariat avec Dynamo International, le CATSR est une émanation du comité de suivi du séminaire international de Kinshasa sur le travail social de rue, a-t-il rappelé à l’assistance. Celle-ci était constituée des délégués des associations membres du CATSR, du représenentant du bourgmestre de Kalamu, du Chef de la Division urbaine de la jeunesse, du délégué de l’ONG internationale Save the Children,du président de BICE/CONGO,  du président et du secrétaire général de l’ONG “Humanisme & Solidarité“, et d’autres invités, membres des associations partenaires.  Mission du CATSR Comme l’a précisé le coordonnateur Edho Mukendi, le CATSR n’est pas un réseau d’ONG mais plutôt un cadre de concertation, de réflexion et d’actions des travailleurs sociaux de rue congolais. A ce titre, sa mission consiste notamment à assurer le suivi des recommandations du séminaire international de Kinshasa sur le travail social de rue,  impulser une synergie des travailleurs sociaux de rue sans étouffer la singularité de chaque structure, militer pour la protection et la reconnaissance légale du métier de travailleur social de rue en RDC et maintenir le contact avec le réseau international.  Avec l’appui de Dynamo International que dirige Edwin de Boevé, le CATSR a été doté d’un modeste secrétariat technique, chargé, entre autres, d’assurer la diffusion des informations, de promouvoir le travail social de rue  et de faciliter les échanges entre travailleurs sociaux de rue en  de réaliser  de nombreuses actions à  travers les commissions thématiques. Ces tâches sont donc énormes, a fait remarquer le coordonnateur qui a lancé un vibrant appel de soutien aux partenaires internationaux et au gouvernement congolais. Après que M. Edho Mukendi ait rapellé le parcours du CATSR, l’honneur revenait au délégué Freddy Jacquet de prendre la parole. Il s’est dit heureux d constater que les recommandations du séminaire ne sont pas restées lettre morte. Il a loué cette synergie d’actions en faveur de l’épanuissement du travail social de rue en RDC. Ainsi, il souligné le rôle de la société civile dans une démocratie naissante (cas du Congo) en évoquant l’expérience des pays du Nord. “ La société civile est très importante dans une démocratie. Elle est une dynamique, une société en mutation“, a-t-il martelé.  Le délégué de la  Wallonie-Bruxelles a donc encouragé les associations impliquées dans le CATSR à apporter leur contribution à  la reconstruction du vaste chantier qu’est la RDC.  Il a réitéré l’engagement de la Communauté française de Belgique à soutenir cette dynamique. Tel un carrefour, le CATSR reste donc ouvert à toutes les associations mues par la volonté de valoriser le métier de travailleur social de rue et de contribuer, ipso facto, à l’amélioration  de la situation des enfants et des jeunes en difficulté. 

20:20 Écrit par Le Catsr dans Notes d'information | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

2.- 10 janvier 2007 - Mission du Catsr

 NOTE D’INFORMATION  N° 02/01/07/ST CATSR : UN CADRE ACTIF D’ECHANGES ENTRE TRAVAILLEURS SOCIAUX DE RUE   Les recommandations et résolutions du Séminaire International de Formation au Travail Social de Rue en République démocratique du Congo organisé, du 3 au 7 avril 2006, à Kinshasa par quelques structures congolaises des travailleurs sociaux (ANES-CAFES, CROIX–ROUGE Belgique/RDC, JEUNESSE AVENIR, ASADHO, CODHOD, PAX JUNIORS, CEPRODEKI, ANGES DU CIEL, COCOM  …) en partenariat avec l’ONG belge  « DYNAMO INTERNATIONAL » ne sont guère restées lettre morte. De ces assises est né, le vendredi 22 décembre 2006 à  Kinshasa, le Comité d’Appui au Travail Social de Rue en RDC (CATSR/RDC) qui est une émanation du comité de suivi du séminaire.  Loin d’être une plate-forme d’ONG, ce comité est un cadre de concertation, de réflexion et d’actions entre les travailleurs sociaux de rue sur les pratiques de ce noble métier. Qui est travailleur social de rue ? Il n’existe pas de définition universelle du travailleur social de rue. Ce terme, de plus en plus en vogue dans le monde et particulièrement en Afrique, désigne néanmoins tout adulte qui, de manière professionnelle ou non,  s’emploie dans la rue, les quartiers et les campagnes  à comprendre la situation des exclus (enfants, jeunes…) et à leur procurer, selon les cas, l’aide, l’information, l’éducation, le réconfort, le soutien, l’écoute, etc., dont ils ont tant besoin. Et cela, dans le but de favoriser leur émancipation sociale.  Il en est de même des enfants qui peuvent s’investir sur le terrain pour contribuer à l’amélioration de la situation de leurs pairs (enfants) et même des adultes jetés dans la rue par la société.

 

Mission du CATSR/RDC

 Puisqu’il n’existe pas, à ce jour, un cadre théorique universel, même national dans plusieurs pays dont la République démocratique du Congo, en la matière, l’échange d’expériences et des pratiques entre les travailleurs sociaux de rue s’avère indispensable. Ainsi, la mission du CTSR/RDC se résume-t-elle en ces points :o      Assurer le suivi des recommandations du Séminaire international de Kinshasa sur le travail social de rue ; o      Impulser et renforcer le travail social des acteurs sociaux de rue à travers des commissions thématiques ;o      Coopérer avec le Réseau international de travail social de rue ;o      Impulser une synergie des travailleurs sociaux de rue sans étouffer le fonctionnement et la singularité  de chaque structure ;o      Poursuivre l’identification des structures, ONG et plates-formes d’ONG, intervenant dans le domaine du travail social de rue en République démocratique du Congo (RDC) ;o      Militer pour la protection et la reconnaissance légale du métier de travailleur social de rue en RDC. Pour remplir efficacement sa mission, le CATSR/RDC est doté d’un secrétariat technique coordonné par M. Edho MUKENDI KAFUNDA et  établi au n° 2 de la rue Bonga, commune de Kalamu, ville de Kinshasa. Toutes les associations ayant participé au séminaire international de Kinshasa sont parties prenantes à cette dynamique, à moins de renoncer à ce droit. Le CATSR/RDC reste donc ouvert à tous les acteurs sociaux de rue et aux partenaires internationaux intervenant dans ce domaine. 

20:17 Écrit par Le Catsr dans Notes d'information | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

1.- 6 janvier 2007 - mise en place du secrétariat technique

NOTE D’INFORMATION N° 01/01/07/ST 

MISE EN PLACE D’UN SECRETARIAT TECHNIQUE

 POUR TRAVAILLEURS SOCIAUX DE RUE Sept associations organisatrices du Séminaire international de formation au travail social de rue en République démocratique du Congo (ANES-CAFES, JEUNESSE AVENIR, CODHOD, PAX JUNIORS, ASADHO, CROIX – ROUGE Belgique , CEPRODEKI), tenu à Kinshasa, du 3 au 7 avril 2006 au Centre Theresianum de Kintambo ; et deux autres structures (ANGES DU CIEL et COCOM) impliquées dans l’organisation de ces assises, ont signé le vendredi 22 décembre de la même année au Centre Wallonie Bruxelles de Kinshasa, une convention de partenariat avec l’ONG belge « DYNAMO INTERNATIONAL ». Cette convention consacre la mise en place d’un Secrétariat technique du Comité d’Appui au travail social de rue en République démocratique du Congo (CATSR/RDC). Ce comité n’est pas un réseau d’ONG mais un cadre de concertation, de réflexion et d’actions entre les acteurs sur les pratiques du travail social de rue. Ainsi, le Secrétariat technique et le CATSR sont légalement représentés par l’Association « JEUNESSE AVENIR ».  Avec le soutien de DYNAMO INTERNATIONAL, le Secrétariat technique du CATSR/RDC est établi  au n° 2 de la rue Bonga, Q/Matonge, Commune de Kalamu, ville de Kinshasa ( Arrêt de bus Kingabua / Uzam). Il est opérationnel depuis le 1er janvier 2007. 

Mission du Secrétariat technique

 A la lumière de la convention de partenariat sus évoquée, le Secrétariat technique est chargé :o      De la gestion des correspondances ;o      D’assurer la diffusion des informations et de favoriser une synergie entre les travailleurs sociaux de rue au plan national et de maintenir le contact avec le réseau international et particulièrement Dynamo International ;o      De faciliter et de renforcer le travail de différentes commissions thématiques ;o      De promouvoir le travail   social de rue ;o      D’assurer le visibilité de Dynamo International en RDC.   Equipe du Secrétariat technique A l’issue d’une réunion tenue le samedi 23 décembre 2006 à Kinshasa et axée sur le fonctionnement du Secrétariat technique, les membres présents ont convenu de  confier le poste de coordonnateur à M. Edho MUKENDI KAFUNDA, président de JEUNESSE AVENIR et du CATSR/RDC ; et celui de secrétaire à PAX JUNIORS, une ONG de formation des enfants messagers de la paix,  d’éducation de la masse à la culture pacifique et de promotion des droits de l’enfant, représentée par son directeur, M. Job NKUNA. La désignation de ces derniers a été faite en présence notamment du secrétaire général de  « HUMANISME  et SOLIDARITE », M. Joseph SENGO, dont la structure est chargée d’audit du Secrétariat technique. Outre le coordonnateur et le secrétaire, le poste de conseiller technique reste à pourvoir. A cette équipe, sont adjointes une chargée de protocole et une sentinelle.   

20:15 Écrit par Le Catsr dans Notes d'information | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |