17/07/2008

17 JUIN 2008 : IDAY à la prison de Makala

 

RENCONTRE ENTRE DES JEUNES DE LA RUE VIVANT A LA CITE (ROND-POINT VICTOIRE) ET CEUX EN CONFLIT AVEC LA LOI AU CENTRE PENITENTIAIRE ET DE REEDUCATION DE KINSHASA (Ex-Prison centrale de Makala)

Dans le cadre des festivités marquant la journée de l’Enfant Africain commémorée le  16 Juin de chaque année, le Comité d’Appui au Travail Social de Rue, CATSR en sigle,  a organisé une rencontre de football  qui a mis aux prises les jeunes de la rue du site du Rond-Point Victoire, dans la commune de Kalamu, Ville de Kinshasa, en République Démocratique du Congo, et ceux  privés de la liberté et incarcérés au Centre Pénitentiaire et de Rééducation de Kinshasa , CPRK en sigle ( ex-prison centrale de Makala), le mardi 17 juin 2008.

 

Cette rencontre avait pour objectifs :

 

-        Valoriser les catégories d’enfants  concernés par cette activité,

-        Recréer un climat de confiance et d’espoir pour les enfants en rupture familiale et ceux en conflit avec la loi ;

-        Sensibiliser les enfants qui ne sont pas encore tombés sous le verrou de la loi d’éviter des actes répréhensibles et passibles de peines ;

-        Observer si les enfants sont capables de respecter les règles du jeu qui régissent le football bien  que marginalisés de la société ;

-        Effacer, dans une certaine mesure, les cauchemars dont ils sont souvent victimes dans leur vécu quotidien.

 

Cette visite a connu 3 temps forts:

 

  1. Visite de la cellule des mineurs au pavillon 10 du CPRK ;
  2. Match de football ;
  3. Sensibilisation de deux groupes des enfants et jeunes (ceux de la cité et leurs pairs en conflit avec la loi)  dans la cellule des mineurs.

 

I.                VISITE DE LA CELLULE DES MINEURS

 

Les vingt jeunes de la rue vivant à la cité, les encadreurs du CATSR et Monsieur Jean KIBA,  Directeur de la protection des mineurs au CPRK,  ont visité la cellule des mineurs de l’ex-Prison centrale de Makala. Les jeunes de la rue qui, pour la plupart d’entre eux, visitaient cette maison de détention pour la 1ere fois, étaient surpris de rencontrer certains de leurs collègues arrêtés depuis quelques temps. Selon les explications du Directeur Kiba, 54 jeunes en conflit avec la loi sont détenus dans la cellule des mineurs, qui soit dit en passant, est bien entretenu par le Bureau International Catholique pour l’Enfance, B.I.C.E en sigle. Comme nous l’avons remarqué, tous les jeunes et enfants détenus à l’ex-Prison centrale de Makala ne proviennent pas de la rue. Parmi eux, le moins âgé  a 10 ans et il a été  arrêté pour vol (environ 6 mois) alors que le plus âgé ne compte que 20 ans. Ce dernier est gardé encore dans cette cellule comme gouverneur pour encadrer ses pairs). La majorité d’entre ces enfants et  jeunes sont arrêtés pour vol et certains ont été appréhendés lors des conflits armés entre les soldats de la garde rapprochée de l’ancien vice-président  Jean Pierre Bemba et les Forces armées de la RDC (FARDC), les 22 et 23 mars 2006 à Kinshasa. Un autre groupe est constitué des  jeunes enrôlés dans les factions des rebelles  venus de l’est du pays. Les visiteurs de cette cellule ont apprécié à sa juste valeur la manière dont les installations sanitaires sont entretenues par l’ONG BICE.  Un cours d’alphabétisation et de rattrapage  scolaire est organisé également au sein du pavillon 10 de la prison.

 

II.              LE MATCH DE FOOTBALL

 

Après cette visite guidée, les deux équipes se sont séparées pour les derniers échanges avant de monter sur le terrain de foot  situé  à côté du pavillon I.

L’arbitre du match, Thomas Ntumba , un travailleur social de rue prestant au sein de l’association Karibu/Kinshasa, membre du CATSR,  a prodigué des conseils ayant trait au respect des règles du jeu à tous les joueurs avant de leur demander de monter sur le terrain pour un duel de 35 minutes pour chaque partie du match. Plusieurs supporteurs  (les autres détenus) étaient venus assister au match. Ce duel s’est terminé sur un score nul de zéro but partout. Mais il faut signaler que l’équipe des jeunes détenus à la prison de Makala avait dominé l’ensemble du match. Les jeunes en rupture familiale n’ont eu de la chance que grâce à l’habileté du gardien, Trésor,  qui était le meilleur.

 

III. SENSIBILISATION DES DEUX GROUPES DES JEUNES

 

A la fin du match, les deux équipes étaient reconduites au pavillon 10 par le Directeur Kiba pour un entretien.

 

Introduisant cette causerie morale, le Directeur Kiba Jean, a circonscrit le but de la visite des travailleurs sociaux de rue, membres du CATSR, et a également souhaité la bienvenue  aux visiteurs. Il a, par la suite, au nom du Directeur de ce centre pénitentiaire empêché et à celui de tout le personnel ainsi que des enfants, remercié les membres du CATSR pour avoir organisé  une telle rencontre entre les jeunes en marge de la journée de l’Enfant Africain. « Bien qu’ils sont privés de liberté entre ces murs, les visites de ce genre recréent  une confiance et un espoir parmi nos jeunes », s’est exclamé le Directeur Kiba Jean.

 

Pour sa part, le coordonnateur du CATSR, Edho Mukendi, a remercié le Directeur chargé de la protection des mineurs ainsi que tout le personnel du CPRK pour avoir donné un avis favorable à la demande de son réseau pour la réalisation de cette rencontre. Dans son mot, il a prodigué des conseils à tous les jeunes, les invitant à s’abstenir des actes répréhensibles  afin d’éviter tout conflit avec la loi.  «  Même si vous avez un bon dortoir, des installations sanitaires propres, des dons en nourritures provenant de différentes structures et personnalités, la prison n’est pas un milieu favorable à votre épanouissement. Lorsque vous serez sortis de ce lieu, ne commettez plus de délits », a martelé le coordonnateur du CATSR aux mineurs en conflit avec loi. Et aux enfants et jeunes vivant dans la rue,  Edho Mukendi a également placé des mots justes : «  Vaut mieux manquer de nourriture  et être en liberté que d’avoir  à manger mais en prison ».

 

La présidente de l’ONG «  Oser la vie »,  Madame Mithé Osumbu,  de Belgique en séjour à Kinshasa,  a aussi prodigué des conseils  aux enfants ainsi que Monsieur Roger Katembwe, responsable de la commission « Cadre légal de protection des droits des ’enfants et des jeunes  » au CATSR.

 

IV.            LECON A TIRER

 

Dans leur réplique,  les enfants et jeunes prisonniers ont salué l’initiative et émis le vœu de voir les activités de ce genre se multiplier avant de demander aux éducateurs de rue de plaider leur cause auprès des instances compétentes, surtout pour le cas de ceux détenus sans procès. Ils ont exprimé leur satisfaction pour cette visite qui, selon leurs déclarations, témoigne de la générosité de la société envers eux.

 

 En ce qui concerne les enfants de la rue vivant à la cité, ils ont eu l’occasion de visiter la prison de Makala et de rencontrer non seulement certains de leurs collègues arrêtés depuis quelques jours ; mais aussi et surtout, les détenus politiques dont quelques grandes personnalités qu’ils ont toujours vu et entendu parler à la télévision. Mais ce jour-là,  ils étaient autour du stade pour regarder le match, admirer le jeu et applaudir les jeunes footballeurs.

 

V. APPEL VIBRANT DU CATSR

 

Interpellé par la situation des enfants et jeunes détenus sans procès pour certains  au Centre Pénitentiaire et de Rééducation de Kinshasa,  le CATSR lance un vibrant appel aux autorités compétentes, notamment le ministre de la Justice et des Droits humains ainsi que la ministre de Genre, Famille et Enfant, et aux organisations  chargées de la protection de l’enfant  à agir en synergie pour que la procédure judicaire soit respectée en faveur des mineurs  en conflit avec la loi.

 

Dans cette visite, le CATSR a apporté un don symbolique constitué d’un sac du riz, d’un sachet du sucre et de deux paquets d’eau minérale. Ce don était accueilli avec satisfaction par les jeunes et les responsables de la prison

 

Signalons que la délégation du CATSR était composée de :

  1. Edho MUKENDI KAFUNDA         : Coordonnateur CATSR ;
  2. Mithé OSUMBU                         : Présidente Oser la vie ;
  3. Roger KATEMBWE                    : Cadre légal /Protection de l’enfant/CATSR/

                                                             Asadho ;

  1. Jean –Paul  MUSUNGAY            : Coordonnateur Karibu/Kinshasa ;
  2. Thomas NTUMBA                      : Travailleur de rue de Karibu ;
  3. Didier  KATENDE                       : Travailleur de rue de Karibu ;
  4.  Ambroise LUFUANKENDA        : Travailleur de rue de la Croix Rouge

                                                             de la RDCongo ;

  1. 20 jeunes de rue du site de victoire.

22:21 Écrit par Le Catsr dans Avec les enfants | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

je voudrais savoir le nom du directeur de centre penitentiare et de reeducations de kinshasa

Écrit par : ngongo-medard | 17/12/2012

Les commentaires sont fermés.