17/07/2008

17 JUIN 2008 : IDAY à la prison de Makala

 

RENCONTRE ENTRE DES JEUNES DE LA RUE VIVANT A LA CITE (ROND-POINT VICTOIRE) ET CEUX EN CONFLIT AVEC LA LOI AU CENTRE PENITENTIAIRE ET DE REEDUCATION DE KINSHASA (Ex-Prison centrale de Makala)

Dans le cadre des festivités marquant la journée de l’Enfant Africain commémorée le  16 Juin de chaque année, le Comité d’Appui au Travail Social de Rue, CATSR en sigle,  a organisé une rencontre de football  qui a mis aux prises les jeunes de la rue du site du Rond-Point Victoire, dans la commune de Kalamu, Ville de Kinshasa, en République Démocratique du Congo, et ceux  privés de la liberté et incarcérés au Centre Pénitentiaire et de Rééducation de Kinshasa , CPRK en sigle ( ex-prison centrale de Makala), le mardi 17 juin 2008.

 

Cette rencontre avait pour objectifs :

 

-        Valoriser les catégories d’enfants  concernés par cette activité,

-        Recréer un climat de confiance et d’espoir pour les enfants en rupture familiale et ceux en conflit avec la loi ;

-        Sensibiliser les enfants qui ne sont pas encore tombés sous le verrou de la loi d’éviter des actes répréhensibles et passibles de peines ;

-        Observer si les enfants sont capables de respecter les règles du jeu qui régissent le football bien  que marginalisés de la société ;

-        Effacer, dans une certaine mesure, les cauchemars dont ils sont souvent victimes dans leur vécu quotidien.

 

Cette visite a connu 3 temps forts:

 

  1. Visite de la cellule des mineurs au pavillon 10 du CPRK ;
  2. Match de football ;
  3. Sensibilisation de deux groupes des enfants et jeunes (ceux de la cité et leurs pairs en conflit avec la loi)  dans la cellule des mineurs.

 

I.                VISITE DE LA CELLULE DES MINEURS

 

Les vingt jeunes de la rue vivant à la cité, les encadreurs du CATSR et Monsieur Jean KIBA,  Directeur de la protection des mineurs au CPRK,  ont visité la cellule des mineurs de l’ex-Prison centrale de Makala. Les jeunes de la rue qui, pour la plupart d’entre eux, visitaient cette maison de détention pour la 1ere fois, étaient surpris de rencontrer certains de leurs collègues arrêtés depuis quelques temps. Selon les explications du Directeur Kiba, 54 jeunes en conflit avec la loi sont détenus dans la cellule des mineurs, qui soit dit en passant, est bien entretenu par le Bureau International Catholique pour l’Enfance, B.I.C.E en sigle. Comme nous l’avons remarqué, tous les jeunes et enfants détenus à l’ex-Prison centrale de Makala ne proviennent pas de la rue. Parmi eux, le moins âgé  a 10 ans et il a été  arrêté pour vol (environ 6 mois) alors que le plus âgé ne compte que 20 ans. Ce dernier est gardé encore dans cette cellule comme gouverneur pour encadrer ses pairs). La majorité d’entre ces enfants et  jeunes sont arrêtés pour vol et certains ont été appréhendés lors des conflits armés entre les soldats de la garde rapprochée de l’ancien vice-président  Jean Pierre Bemba et les Forces armées de la RDC (FARDC), les 22 et 23 mars 2006 à Kinshasa. Un autre groupe est constitué des  jeunes enrôlés dans les factions des rebelles  venus de l’est du pays. Les visiteurs de cette cellule ont apprécié à sa juste valeur la manière dont les installations sanitaires sont entretenues par l’ONG BICE.  Un cours d’alphabétisation et de rattrapage  scolaire est organisé également au sein du pavillon 10 de la prison.

 

II.              LE MATCH DE FOOTBALL

 

Après cette visite guidée, les deux équipes se sont séparées pour les derniers échanges avant de monter sur le terrain de foot  situé  à côté du pavillon I.

L’arbitre du match, Thomas Ntumba , un travailleur social de rue prestant au sein de l’association Karibu/Kinshasa, membre du CATSR,  a prodigué des conseils ayant trait au respect des règles du jeu à tous les joueurs avant de leur demander de monter sur le terrain pour un duel de 35 minutes pour chaque partie du match. Plusieurs supporteurs  (les autres détenus) étaient venus assister au match. Ce duel s’est terminé sur un score nul de zéro but partout. Mais il faut signaler que l’équipe des jeunes détenus à la prison de Makala avait dominé l’ensemble du match. Les jeunes en rupture familiale n’ont eu de la chance que grâce à l’habileté du gardien, Trésor,  qui était le meilleur.

 

III. SENSIBILISATION DES DEUX GROUPES DES JEUNES

 

A la fin du match, les deux équipes étaient reconduites au pavillon 10 par le Directeur Kiba pour un entretien.

 

Introduisant cette causerie morale, le Directeur Kiba Jean, a circonscrit le but de la visite des travailleurs sociaux de rue, membres du CATSR, et a également souhaité la bienvenue  aux visiteurs. Il a, par la suite, au nom du Directeur de ce centre pénitentiaire empêché et à celui de tout le personnel ainsi que des enfants, remercié les membres du CATSR pour avoir organisé  une telle rencontre entre les jeunes en marge de la journée de l’Enfant Africain. « Bien qu’ils sont privés de liberté entre ces murs, les visites de ce genre recréent  une confiance et un espoir parmi nos jeunes », s’est exclamé le Directeur Kiba Jean.

 

Pour sa part, le coordonnateur du CATSR, Edho Mukendi, a remercié le Directeur chargé de la protection des mineurs ainsi que tout le personnel du CPRK pour avoir donné un avis favorable à la demande de son réseau pour la réalisation de cette rencontre. Dans son mot, il a prodigué des conseils à tous les jeunes, les invitant à s’abstenir des actes répréhensibles  afin d’éviter tout conflit avec la loi.  «  Même si vous avez un bon dortoir, des installations sanitaires propres, des dons en nourritures provenant de différentes structures et personnalités, la prison n’est pas un milieu favorable à votre épanouissement. Lorsque vous serez sortis de ce lieu, ne commettez plus de délits », a martelé le coordonnateur du CATSR aux mineurs en conflit avec loi. Et aux enfants et jeunes vivant dans la rue,  Edho Mukendi a également placé des mots justes : «  Vaut mieux manquer de nourriture  et être en liberté que d’avoir  à manger mais en prison ».

 

La présidente de l’ONG «  Oser la vie »,  Madame Mithé Osumbu,  de Belgique en séjour à Kinshasa,  a aussi prodigué des conseils  aux enfants ainsi que Monsieur Roger Katembwe, responsable de la commission « Cadre légal de protection des droits des ’enfants et des jeunes  » au CATSR.

 

IV.            LECON A TIRER

 

Dans leur réplique,  les enfants et jeunes prisonniers ont salué l’initiative et émis le vœu de voir les activités de ce genre se multiplier avant de demander aux éducateurs de rue de plaider leur cause auprès des instances compétentes, surtout pour le cas de ceux détenus sans procès. Ils ont exprimé leur satisfaction pour cette visite qui, selon leurs déclarations, témoigne de la générosité de la société envers eux.

 

 En ce qui concerne les enfants de la rue vivant à la cité, ils ont eu l’occasion de visiter la prison de Makala et de rencontrer non seulement certains de leurs collègues arrêtés depuis quelques jours ; mais aussi et surtout, les détenus politiques dont quelques grandes personnalités qu’ils ont toujours vu et entendu parler à la télévision. Mais ce jour-là,  ils étaient autour du stade pour regarder le match, admirer le jeu et applaudir les jeunes footballeurs.

 

V. APPEL VIBRANT DU CATSR

 

Interpellé par la situation des enfants et jeunes détenus sans procès pour certains  au Centre Pénitentiaire et de Rééducation de Kinshasa,  le CATSR lance un vibrant appel aux autorités compétentes, notamment le ministre de la Justice et des Droits humains ainsi que la ministre de Genre, Famille et Enfant, et aux organisations  chargées de la protection de l’enfant  à agir en synergie pour que la procédure judicaire soit respectée en faveur des mineurs  en conflit avec la loi.

 

Dans cette visite, le CATSR a apporté un don symbolique constitué d’un sac du riz, d’un sachet du sucre et de deux paquets d’eau minérale. Ce don était accueilli avec satisfaction par les jeunes et les responsables de la prison

 

Signalons que la délégation du CATSR était composée de :

  1. Edho MUKENDI KAFUNDA         : Coordonnateur CATSR ;
  2. Mithé OSUMBU                         : Présidente Oser la vie ;
  3. Roger KATEMBWE                    : Cadre légal /Protection de l’enfant/CATSR/

                                                             Asadho ;

  1. Jean –Paul  MUSUNGAY            : Coordonnateur Karibu/Kinshasa ;
  2. Thomas NTUMBA                      : Travailleur de rue de Karibu ;
  3. Didier  KATENDE                       : Travailleur de rue de Karibu ;
  4.  Ambroise LUFUANKENDA        : Travailleur de rue de la Croix Rouge

                                                             de la RDCongo ;

  1. 20 jeunes de rue du site de victoire.

22:21 Écrit par Le Catsr dans Avec les enfants | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/07/2008

28 juin : Mission au Kasaï occidental

RAPPORT DE MISSION DE MONSIEUR  Edho MUKENDI, COORDONNATEUR DU CATSR À KANANGA DANS LE KASAI OCCIDENTAL, DU 21 au 28 JUIN 2008  

I. INTRODUCTION 

Dans le cadre du projet «Droits, Protection et Aide à la jeunesse en République démocratique du Congo
 », soutenu par l’ONG Dynamo International et financé par le Gouvernement de la Région Wallonne de Belgique, une session de formation au travail social de rue est prévue au mois d’août prochain et  réunira les délégués de deux provinces du Kasaï (Occidental et Oriental)  du lundi 04 au mercredi 13 Août 2008, au centre catholique « BAMAMU TABULUKAY » de Kananga.
 Dans cette optique, le coordonnateur du Comité d’Appui au Travail Social de Rue (CATSR), Monsieur  Edho MUKENDI KAFUNDA, a effectué une mission de travail pour se rendre compte de ce qui se fait sur le terrain par le comité local, prendre contact avec différents partenaires  tant privés que politiques concernés par la question de l’enfant en rupture familiale  et préparer ainsi l’accueil des délégations qui feront le déplacement de Kananga. Signalons que les formateurs à cette session viendront de Kinshasa et du Sénégal.  

II. ETAPES DE LA MISSION 
II.1. Samedi 21 juin 2008
 Arrivée à l’Aéroport de Kananga, accueil et installation au Guest House de Biduaya Muamba dans le centre ville de Kananga. 

II.2. Lundi 23 juin 2008 10H00 : réunion avec les associations de Kananga 

Treize associations de la ville de Kananga se sont retrouvées au Centre Marie Mère de l’Espérance  dans le quartier Kamayi pour une réunion de travail. Après le mot de bienvenue prononcé par le coordonnateur provincial du CATSR, Monsieur MUAMBA TUAKAJIKA, le coordonnateur national du CATSR a expliqué à ses interlocuteurs la genèse du projet en commençant par le séminaire international de formation au travail social de rue tenu à Kinshasa en avril 2006, en passant par le comité de suivi dudit séminaire et la signature de la convention de partenariat avec Dynamo International pour terminer avec le financement du projet par la Région wallonne de Belgique. Dans le cadre de ce projet, des sessions de  formations sont prévues sur 3 sites selon les aires linguistiques de la République Démocratique  du Congo à savoir : Kinshasa (Bas- Congo, Bandundu et Equateur) en juillet 2008, Kasaï (Occidental et Oriental) en août 2008 et le Katanga (Lubumbashi, sud Kivu, Nord Kivu et Maniema) en mars 2009. Monsieur Edho Mukendi a également demandé à ses interlocuteurs de mettre en place les commissions en rapport avec l’activité programmée en  août et de renforcer le cadre provincial permanent  en incluant les structures qui manifestent l’intérêt de travailler en synergie.  Le coordonnateur du CATSR a fini son intervention par montrer à ses collègues du Kasaï Occidental le soutien important de la Communauté française de Belgique et de Dynamo International sans lequel les actions du CATSR seraient, à ce stade, mises au tiroir. 

Répliquant à la communication du coordonnateur, Monsieur Joseph MPUTU, Vice -président de l’asbl Marie Mère de la paix/Kasaï occidental et chef des travaux à l’Institut Supérieur de  Développement Rural de Tshibashi, a salué la présence du coordonnateur à Kananga et remercié toutes les personnes et institutions qui ont fait que ce qu’ils considéraient jusque-là comme un «  rêve », devienne une réalité. Il a exprimé le souhait d’un soutien logistique au bénéfice de la coordination provinciale en ces termes : «  nous serions également contents de voir la Communauté française de Belgique aider le CATSR/Kasaï Occidental à prendre l’envol comme les échos nous parviennent du Comité national basé à Kinshasa ». Enfin, le programme du séjour  a été arrêté et prévoyait la visite  de travail au Gouverneur de Province, la visite des associations  locales et celle du site qui abritera le séminaire de formation.


Mardi 24 juin 2008 : Visite au Gouverneur de province
Messieurs Edho MUKENDI KAFUNDA, MUAMBA  TUAKAJIKA et la Révérende sœur Adolphine TSHIBOLA, respectivement Coordonnateur national du CATSR, Coordonnateur provincial et secrétaire provinciale de  ce réseau, se sont retrouvés au bâtiment administratif de Kananga à 11 H 00 pour une audience avec le Gouverneur de Province, Monsieur Trésor KAPUKU. Fort occupé par les festivités du 30 juin 2008 avec l’arrivée du Président de la République à Kananga, le Gouverneur a recommandé ses hôtes  auprès de son Directeur de Cabinet, le Professeur  Becker WENU. D’entrée de jeu, le Professeur Becker WENU a remercié la délégation du CATSR pour avoir pensé à organiser un forum de ce genre dans  la ville de Kananga. Ce sont des activités qui renforcent l’image ainsi que la politique du gouverneur en ce qui concerne l’enfance en difficulté, a-t il dit.
 Après l’explication de la délégation du CATSR au  représentant de l’Exécutif provincial,  ce dernier  a marqué l’adhésion du gouverneur à cette initiative,  et a promis que l’autorité provinciale présidera les séances d’ouverture et de clôture de la session de formation au cas où ce calendrier correspondrait à son agenda.
Le Directeur de cabinet a enfin remercié la Communauté française de Belgique qui appuie des structures qui font un travail dans ce sens  au moment où le réchauffement des  relations entre la Belgique et le Congo s’avère indispensable.«  Vous acteurs de la société civile qui collaborez avec vos collègues wallons, dites leur de ne pas tenir compte de discours politiques. La base a besoin de cette collaboration », a- t-il conclu son message. 
Dans l’après - midi, la délégation du CATSR a rencontré Monsieur  Timothée MBANZA, chef de services généraux des affaires sociales faisant l’intérim de Madame Béatrice BILONDA, chef de Division Provinciale des Affaires sociales en mission. Notre interlocuteur, a manifesté la volonté de son service à accompagner le CATSR dans cette tâche tout en nous signifiant d’adresser un courrier officiel à l’autorité pour la tenue de la formation ainsi que de son implication. 
 


Mercredi 25 juin 2008 : Visites des  associations membres du CATSR/Kasaï Occidental


 
 v     Visite au Centre d’Encadrement et d’Appui aux Initiatives de Développement
 « CEDAID/KANANGA »
 Le Centre d’Encadrement et d’Appui aux initiatives de Développement (CEDAID)  tire ses  origines de l’intervention de l’ONG Petits Pas basée en Belgique, en 1992, avec l’aide d’urgence médicale et alimentaire ; et 1993, avec l’arrivée de la population  kasaienne  refoulée du Katanga. Soulignons que Petits Pas est intervenue avec un programme de réinsertion sociale au Congo jusqu’au 31 juillet 2000, date de sa liquidation. Et à ces jours, le CEDAID, qui a obtenu son arrêté provincial en 2006 est le répondant de Petits Pas basée en Belgique et qui cherche le financement pour les associations au plan local. Selon Monsieur Labre NDAYE, le CEDAID possède différents centres dans la province. Ces centres contribuent à la réinsertion des enfants en rupture familiale ainsi que des personnes vulnérables. Après les échanges avec la délégation du CATSR, le secrétaire du CEDAID/KANANGA s’est déclaré disposé à faire bénéficier de son expertise d’autres éducateurs de rue, membres du CATSR qui participeront au séminaire programmé en août prochain.
 v     Visite au Centre Marie Mère de l’Espérance au quartier Kamayi 

C’est un centre des religieuses catholiques que dirige la Révérende Sœur Thérèse NGALULA. Ce centre accueille des enfants abandonnés dans la rue et ceux dont leurs mères ont trouvé la mort à l’accouchement et d’autres,  victimes du phénomène « enfants sorciers ».L’âge moyen des enfants est de 10 ans et le plus petit a 3 mois.  La grande difficulté de ce centre, a déclaré la responsable, est que les éducatrices n’ont pas une formation appropriée pour l’encadrement de ces enfants. C’est pourquoi, elle a  accueilli favorablement  la formation des travailleurs sociaux  pour le renforcement des capacités de ses collaboratrices. Aussi, la responsable du centre a-t-elle  demandé au coordonnateur du CATSR d’établir des liens entres certaines maisons d’hébergement dans la wallonnie, à Kinshasa et à travers tous les autres pays qui aimeraient soutenir une telle œuvre.

 

Edho+famille

 

v Visite à la Fondation Maria Moscatelli du Développement à la Mission catholique Ntambwe Saint Bernard 

Ce centre intervient dans différents domaines  auprès des jeunes à savoir : la coupe couture, la menuiserie, l’éducation à la citoyenneté et la maternité responsable (*) sans oublier l’encadrement des enfants albinos.
 S’agissant de ce dernier domaine, la sœur Agnès BUMPANGISHE, responsable du centre, constate avec regret que depuis une période, les femmes qui mettent au monde des enfants albinos sont doublement humiliées par la société. Déjà à la maternité, lorsqu’on constate que c’est un enfant albinos, les autres femmes se moquent de leur consoeur d’avoir donné au monde un enfant qui ne sera pas « une valeur » pour sa famille et le mari. Cette humiliation est à la base du manque ou du déficit  de l’affection de la mère envers son rejeton.
 Aussi, l’enfant ou le jeune Albinos éprouve des difficultés  d’intégrer d’autres milieux à cause de son teint blanc parmi les noirs. Ayant constaté cela, la Fondation Maria Moscatellia, a instauré un module de sensibilisation dans son programme pour expliquer à la communauté qu’un enfant albinos est un enfant comme tout autre et qu’il faut l’entourer des soins et d’une attention particulière pour son épanouissement. Et à ces jours, la fondation encadre dix jeunes albinos et depuis, la communauté   commence à changer de comportement.Cette fondation bénéficie du soutien d’une congrégation religieuse Maria Moscatellia basée en Italie.

 509

(*) Illustration des enseignements au centre de la Fondation Maria Moscatelli du Développement
 
Visite à l’ONG BEPROD au quartier Kamuanda 
Cette visite nous a permis de comprendre comment cette association s’occupe de l’alphabétisation des enfants de la rue  dans la ville de Kananga et  ses environs.
 
v     Visite de travail à l’UNICEF Kananga 
Cette visite nous a permis d’expliquer à la représentation provinciale  de cette agence des Nations Unies  l’importance du travail social de rue et de son accompagnement des structures locales. C’était aussi une occasion de demander à l’UNICEF/Kananga de s’impliquer dans la session de formation prévue au  mois d’août prochain.
 
CONCLUSION 
Nous remercions toutes les personnes et institutions qui ont rendu possible cette mission qui du reste nous a permis de comprendre les réalités du réseau à l’intérieur du pays.
Nous remercions également le Professeur Albert NDAMBA KABONGO et le Chef de travaux BALEKELAYI BEYA de l’ISP /KANANGA pour leurs conseils et facilités dans  les contacts. Grand merci enfin au  comité CATSR/Kananga pour le repas traditionnel  qui nous été offert,  spécialement  Kampoto, Tushi,  viande d’antilope, mankenene et bintunta. 

17:57 Écrit par Le Catsr dans Rapports | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

19 juin 2008 - Visite de Catherine Brahy

RAPPORT DE LA VISITE AU CATSR, LE JEUDI 19 JUIN 2008,  DE MADAME CATHERINE BRAHY,  FUTURE DELEGUEE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE DE BELGIQUE EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 
 

 INTRODUCTION   

La  nouvelle déléguée de la Communauté française de Belgique en République démocratique du Congo, Mme CATHERINE BRAHY, qui prendra ses fonctions  avant la fin  de l’année en cours en remplacement de Monsieur Fredy JACQUET,  a effectué une visite  au siège du Comité d’Appui au Travail Social de Rue (CATSR), le jeudi 19 juin 2008,  dans le cadre des contacts avec des organisations partenaires de la Délégation Wallonie-Bruxelles à Kinshasa. Elle était accompagnée de Monsieur Fabrice SPRIMONT, coordonnateur de l’Association pour promotion de l’éducation et de la formation à l’étranger (APEFE) qui assumera les fonctions de Conseiller à la Délégation, et de Mme  Annie KABEYA, responsable des projets.  Après le mot d’introduction du coordonnateur du CATSR, Monsieur Edho MUKENDI, l’hôte du CATSR a saisi cette opportunité pour échanger avec des travailleurs sociaux de rue invités.  

 

DEROULEMENT DE LA RENCONTRE  

  • Mot du Coordonnateur
 Le coordonnateur Edho MUKENDI a  souhaité la bienvenue à la nouvelle Déléguée Par la suite, Edho MUKENDI a brossé brièvement l’historique du CATSR en soulignant que ce réseau est issu du séminaire international de formation au travail social de rue tenu à Kinshasa en avril 2006 et  évolue par la volonté des travailleurs sociaux de rue d’œuvrer en synergie, avec l’appui de la Région wallonne de Belgique qui finance le projet « Droits, Protection et Aide à la jeunesse en RDC ».       
  • Adresse de la Déléguée
  Ancienne journaliste, Mme CATHERINE BRAHY a exprimé sa satisfaction de venir travailler en République démocratique du Congo à la Délégation Wallonie-Bruxelles et de communier,  de manière informelle, avec des acteurs de terrain, délégués des associations membres du CATSR.  Dans le cadre de son mandat, elle a  promis de poursuivre le partenariat avec ce réseau actif des travailleurs sociaux de rue en RDC.  
  • Echange avec les participants
  A la faveur de cette visite, la future Déléguée de la Wallonie-Bruxelles au Congo a préféré entendre  les travailleurs sociaux parler de leurs actions. Tour à tour, chaque délégué a présenté brièvement les activités menées par son association.   Certes, le travail social de rue est le dénominateur commun  des actions réalisées, mais celles-ci s’inscrivent dans plusieurs domaines : éducation, alphabétisation, santé, culture de paix, droits de l’enfant, etc.  Enfin, les responsables de quatre commissions thématiques du CATSR (Formation, Projets et mobilisation des ressources, Cadre légal de protection des enfants et des jeunes, Promotion et protection du statut du travailleur social de rue)  ont  expliqué les missions assignées à ces groupes de travail et les actions déjà réalisées.  

 CONCLUSION  

La visite au siège du CATSR de la future déléguée de la Communauté française de Belgique en République démocratique du Congo  a été une occasion pour cette diplomate  de se rendre compte du rôle que joue ce réseau pour la valorisation et la promotion du travail social de rue dans ce vaste pays d’Afrique centrale. Le CATSR compte à ce jour 70 associations membres, opérationnelles à Kinshasa, la capitale,  et dans les différentes provinces de la RDC.

06:21 Écrit par Le Catsr dans Rapports | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |